Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Hamma Hammami : "Youssef Chahed et Ennahdha sont la chose la plus dangereuse que la Tunisie a connue depuis la chute de la dictature"


Samedi 2 Février 2019 modifié le Dimanche 3 Février 2019 - 15:19




« La Coalition au pouvoir, le chef du gouvernement, Youssef Chahed et le Mouvement Ennahdha sont la chose la plus dangereuse que la Tunisie a connue depuis la chute de la dictature », a estimé samedi le Secrétaire général du parti des travailleurs, Hamma Hammami.

« Ce gouvernement doit partir », a-t-il lancé lors d’une cérémonie organisée à Tunis à l’occasion du 33e anniversaire du parti des travailleurs, anciennement Parti communiste des ouvriers de Tunisie (PCOT). « Il a vendu le pays et porté préjudice aux intérêts de toutes les catégories sociales pour servir des intérêts politiques étriqués », a-t-il accusé.

« Le pays a besoin d’un pouvoir qui met un terme à la cession de la souveraineté de l’Etat, empêche toute atteinte aux libertés publiques et freine le processus d’effondrementde la Tunisie dans tous les domaines », a-t-il estimé.

« La Tunisie a également besoin d’une autorité qui défend les acquis démocratiques et met en place des approches et des stratégies à même de permettre de venir en aide aux catégories vulnérables, de booster l’économie nationale et d’empêcher tout pillage étranger des ressources nationales », a-t-il ajouté.

« Le nouveau parti de Youssef Chahed est un projet « raté » et« bâtard » qui représente un grand danger pour la Tunisie », a d’autre part lancé Hamma Hammami.

« En connivence du Mouvement Ennahdha, le dirigeant de ce parti veut céder les richesses du pays, compromettre la souveraineté nationale, anéantir le processus démocratique, accroitre la pauvreté et favoriser la marginalisation », a-t-il encore accusé.

Sur un autre part, le secrétaire général du parti des travailleurs a imputé au gouvernement la responsabilité de l’approfondissement de la crise de l’enseignement secondaire et du blocage des négociations entre la partie syndicale et la partie gouvernementale autour du dossier de la fonction publique.

« Le gouvernement en place est à l’origine de tous les maux que connait la Tunisie dans tous les domaines sans exception », a-t-il taxé.

Créé le 3 janvier 1986, le parti des travailleurs était initialement baptisé « Parti communiste des ouvriers de Tunisie », avant d’en changer le nom le 10 juillet 2012.

Samedi 2 Février 2019 - 19:50

Atlasinfo (TAP)




Nouveau commentaire :
Twitter