Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









"Gilets jaunes": la délégation LFI à Matignon sans Mélenchon


Lundi 3 Décembre 2018 modifié le Mardi 4 Décembre 2018 - 07:47

Une délégation de La France insoumise, sans Jean-Luc Mélenchon, se rendra à Matignon ce lundi à l'invitation du Premier ministre pour tenter de trouver une solution à la crise des "gilets jaunes", a indiqué le groupe parlementaire LFI lundi.




LFI, reçue à 17H00 par Edouard Philippe, qui lance une grande consultation politique après les graves éruptions de violence du week-end, "sera représentée par Charlotte Girard et Manuel Bompard", respectivement co-responsable du programme et directeur des campagnes du mouvement, et la députée Mathilde Panot, a précisé cette source.

"Jean-Luc Mélenchon n'est pas chef de parti et ne pouvait se rendre disponible", a commenté son entourage auprès de l'AFP, qui réfute tout "sens politique" à cette absence.

Alexis Corbière, député proche du chef de file insoumis, a expliqué de son côté sur franceinfo: on peut "porter des idées sans que ce soit par Jean-Luc Mélenchon", et "j'espère qu'il (Edouard Philippe, NDLR) ne veut pas rencontrer uniquement Jean-Luc Mélenchon mais ce que nous représentons". Ce dernier "avait aussi d'autres choses importantes à faire", a-t-il ajouté.

Pour M. Corbière toutefois, "la difficulté c'est que nous y allons mais le Premier ministre et le président de la République ont beaucoup cadré ces entretiens en disant qu'ils ne bougeraient pas, notamment sur l'augmentation du prix du diesel à partir du 1er janvier". D'où "pas vraiment de signe d'ouverture" de la part de l'exécutif, a-t-il regretté.

Face à cette "révolte qui va très loin" et "nécessite des réponses immédiates", Alexis Corbière a réitéré les demandes de LFI: suspension de la hausse des prix des carburants au 1er janvier et rétablissement de l'impôt sur la fortune qui "permettrait d'avoir 4,5 milliards d'euros" de "recettes immédiates".

Il a également rappelé la motion de censure que les députés LFI, aux côtés des députés communistes, comptent déposer cette semaine à l'Assemblée nationale. "Ce gouvernement n'a plus de légitimité pour avancer car il se heurte à une opposition du peuple très forte", a-t-il justifié.


Lundi 3 Décembre 2018 - 10:10

Atlasinfo (Source AFP)




Nouveau commentaire :
Twitter