Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









France: plusieurs dizaines de stèles profanées dans un cimetière israélite


Mardi 11 Décembre 2018 modifié le Mercredi 12 Décembre 2018 - 08:33




France: plusieurs dizaines de stèles profanées dans un cimetière israélite
Plusieurs dizaines de stèles d'un cimetière israélite, à Herrlisheim, au nord-est de Strasbourg (nord-est), ont été recouvertes de graffitis antisémites dans la nuit de lundi à mardi, a-t-on appris de sources concordantes.

"Trente-sept stèles ont été profanées ainsi que le monument des martyrs de la Shoah", a annoncé dans un communiqué le Consistoire israélite du département Bas-Rhin, une information confirmée par la préfecture et la gendarmerie.

Sur des photos, transmises par le Consistoire israélite, on peut voir des croix gammées dessinées en noir sur des stèles et l'inscription +Macron=anti-France+ sur un mur d'enceinte.

"Alors que les tombes du cimetière israélite de Sarre-Union", profanées en 2015 dans le même département, "sont encore couchées, ce nouvel acte haineux ne fait qu'amplifier le sentiment d'exaspération de la communauté juive face à l'antisémitisme grandissant", est-il écrit dans le communiqué.

Selon Yoav Rossano, responsable du patrimoine juif du Bas-Rhin, ce sont des voisins qui ont alerté mardi matin la mairie de cette commune de 5.000 habitants située à 30 km au nord-est de Strasbourg. Les faits se sont probablement déroulés dans la nuit.

Des gendarmes ont bloqué l'entrée du cimetière, le temps d'effectuer des prélèvements.

"C'est évident que c'est signé de l'extrême-droite, on a des croix gammées", a commenté auprès de l'AFP le grand rabbin du Bas-Rhin, Harold Weill, soulignant que les faits intervenaient "dans ce que la France est en train de vivre".

"Ces choses interpellent et nous demandent de réagir", a-t-il ajouté.

En 2015, environ 300 tombes du cimetière juif de Sarre-Union avaient été vandalisées, ainsi qu'un monument aux victimes de la Shoah. L'enquête avait mis en évidence un mobile antisémite.

Cinq adolescents, qui avaient reconnu leur participation, avaient été condamnés, en 2017, à des peines allant de huit à 18 mois de prison avec sursis.

Mardi 11 Décembre 2018 - 22:13

afp




Nouveau commentaire :
Twitter