Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









France : Présentation en juin d'un nouveau plan de lutte contre le terrorisme


Lundi 4 Juin 2018 modifié le Mardi 5 Juin 2018 - 21:07

Un nouveau plan de lutte contre le terrorisme, présenté comme étant le pendant du plan anti-radicalisation dévoilé en février dernier, devra être présenté en juin par le premier ministre français, Edouard Philippe, a-t-on indiqué lundi à l'Elysée.




France : Présentation en juin d'un nouveau plan de lutte contre le terrorisme
Porté par le Premier ministre et le ministre de l'intérieur, Gérard Collomb, ce nouveau plan rassemblera "un certain nombre de mesures" plutôt que de nouveaux moyens, a précisé l’Elysée sans fournir d'autres détails.

"Il s'agit plus de dispositions, de modalités que de moyens supplémentaires", a insisté la même source.

La lutte contre le terrorisme, qui a sévèrement frappé la France, est l’une des priorités du président Emmanuel Macron, qui en avait fait une de ses promesses de campagne.

Fin octobre 2017, le chef de l’Etat français avait signé une loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme qui avait permis de mettre fin au régime exceptionnel de l'état d'urgence, resté en vigueur en France depuis les attentats meurtriers du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis.

Adoptée définitivement par le Parlement le 18 octobre 2017, cette loi, entrée en vigueur le 1er novembre dernier, transcrit dans le droit commun des dispositions prévues par l'état d'urgence en prévoyant notamment des mesures spécifiques en matière de contrôles aux frontières, de perquisitions et de saisies.

Cette loi prévoit aussi des mesures spéciales en matière de périmètres de protection, d'assignation à résidence et de surveillance individuelle.

Entre autres mesures prévues dans ce cadre, figurent l'élargissement du périmètre des contrôles dans les zones frontalières, aux abords des aéroports, des ports et gares et l'autorisation accordée aux préfets pour fermer provisoirement des lieux de culte.

Ce texte avait suscité des divergences au sein de la classe politique soit parce qu’il est considéré comme porteur «d’une forme d'état d'urgence permanent» menaçant les libertés individuelles ou qu’il est jugé «trop liberticide».

Depuis 2015, 246 personnes ont été tuées en France dans des actes terroristes.
Lundi 4 Juin 2018 - 23:35





Nouveau commentaire :
Twitter