Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Emmanuel Macron se rendra à Mayotte et à la Réunion en juin


Vendredi 1 Février 2019 modifié le Samedi 2 Février 2019 - 12:38




Emmanuel Macron se rendra à Mayotte et à la Réunion en juin prochain, a-t-il annoncé vendredi aux élus ultramarins lors du grand débat organisé pour eux à l'Elysée.

"Je viendrai en juin", a déclaré le chef de l'Etat à plusieurs élus mahorais qui l'ont interrogé notamment sur l'immigration clandestine et la convergence des minima sociaux mahorais sur ceux de la métropole.

Sur ce dernier sujet, le chef de l'Etat a indiqué que cette convergence, prévue d'ici 2030, ne pouvait être accélérée "tant qu'on n'a pas réglé le risque de l'extraordinaire dépendance" des Comores vis à vis de Mayotte, où les Comoriens arrivent clandestinement par bateaux.

Sur une population totale de 256.000 habitants à Mayotte, 52.000 étrangers sont en situation irrégulière, essentiellement venus des Comores, selon une étude de l'Insee de 2015.

"L'immigration illégale, c'est pire que les sargasses, c'est pire que la chlordécone. L'Etat a mis trop longtemps à réagir", a déclaré un peu plus tard la maire de Chirongui, Hanima Ibrahima.

Le chef de l'Etat a reconnu qu'il y avait un "bras de fer permanent" avec les Comores, estimant qu'un "pacte de développement" avec ces îles très pauvres était la seule solution.

"Comment cela se fait que la 5e puissance mondiale a toujours autant de mal à régler ce problème depuis trente ans?", a demandé un autre élu mahorais. "Cela ne fait pas trente ans que je suis au pouvoir et cela ne fait pas trente ans qu'on a départementalisé Mayotte", a répondu Emmanuel Macron.

Il a promis qu'il ferait "tout pour avoir une réponse pérenne au mois de juin".

Un peu plus tard, pressé par les élus réunionnais, qui avaient de nombreuses questions à lui poser, il a précisé, qu'il viendrait aussi sur leur territoire en juin.
Vendredi 1 Février 2019 - 23:26

Atlasinfo (avec AFP)




Nouveau commentaire :
Twitter