Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Des "gilets jaunes" présentent une liste aux élections européennes


Jeudi 24 Janvier 2019 modifié le Jeudi 24 Janvier 2019 - 08:40

Des « gilets jaunes », partisans du mouvement de contestation sociale qui tient en haleine la France depuis plus de deux mois, ont annoncé, mercredi, leur décision d'investir le champ politique et de présenter une liste aux prochaines élections européennes.




Des gilets jaunes du Ralliement d'initiative citoyenne (RIC) ont officiellement constitué une liste pour les élections européennes du 26 mai 2019, rapportent les médias du pays en relayant un communiqué du RIC.

"Le mouvement social citoyen né dans notre pays le 17 novembre 2018 fait apparaître la nécessité de transformer la colère en un projet politique humain, capable d'apporter des réponses aux Français qui soutiennent le mouvement depuis des mois", dit le communiqué.

Menée par Ingrid Levavasseur, l'une des nombreuses figures de ce mouvement social, la liste du RIC, reprenant l’acronyme du référendum d'initiative citoyenne, l'une des premières revendications des "gilets jaunes", est composée de dix noms, en vue de constituer une liste complète de 79 candidats d'ici "mi-février", précise le communiqué.

Un sondage Elabe publié plus tôt ce mercredi indique qu'une liste « gilets jaunes » remporterait 13% des voix aux prochaines européennes, derrière La République en marche et le Rassemblement national.

Mouvement apolitique né sur les réseaux sociaux pour revendiquer une justice sociale et fiscale, les « gilets jaunes » mènent depuis plus de deux mois une mobilisation inédite sous formes de rassemblement et de manifestations.

Chaque samedi, ils sont des dizaines de milliers à investir les rues des principales villes de France notamment de Paris, épicentre de la contestation, pour dénoncer la politique sociale et fiscale, dans le cadre de manifestations dont les images font le tour du monde.

Face à cette grogne, l'exécutif français a annoncé des mesures sociales d'un coût évalué à 10 milliards d’euros et lancé un grand débat national autour des principales questions sujettes à la contestation sociale.
Jeudi 24 Janvier 2019 - 00:16

Atlasinfo (avec afp)




Nouveau commentaire :
Twitter