Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Décès de Johnny Hallyday : les internautes marocains sont inconsolables


Mercredi 6 Décembre 2017 modifié le Jeudi 7 Décembre 2017 - 07:43

Narjis Rerhaye (A Rabat)




Au Maroc, les internautes ont (presque) tous quelque chose de Johnny. L’annonce du décès du célébrissime rocker français a tonné sur la toile marocaine comme un mauvais orage. Les fans marocains de Johnny Hallyday sont tristes et ils le font savoir sur les réseaux sociaux.

« RIP Johnny Hallyday. Le feu que tu as allumé ne s'éteindra jamais... Rock'n'roll never dies », écrivent Yza et Hassan dans un poste conjoint.
Johnny Hallyday est décédé ce mercredi 6 décembre à 2H45 du matin. C’est son épouse qui a annoncé le décès de la star aux 110 millions de disques vendus. « Johnny Hallyday est parti. Jean-Philippe Smet est décédé dans la nuit du 5 décembre 2017. J'écris ces mots sans y croire. Et pourtant, c'est bien cela. Mon homme n'est plus. Il nous quitte cette nuit comme il aura vécu tout au long de sa vie, avec courage et dignité. Jusqu'au dernier instant, il a tenu tête à cette maladie qui le rongeait depuis des mois, nous donnant à tous des leçons de vie extraordinaires", a annoncé Laeticia Hallyday.

Les internautes marocains ont très vite relayé l’information. L'émotion est forte. Les « RIP Johnny » et « Adieu Johnny » ont envahi la toile marocaine ce mercredi matin. « L’idole des jeunes, des moins jeunes, et des plus jeunes du tout ... » « Une icône de la chanson française, il va beaucoup nous manquer » pouvait-on lire ici et là chez les connectés du Maroc.

L’écrivain et ancien homme de pub, Mohamed Laroussi, fait partie de ceux et celles qui aiment Johnny. Il s’empresse d’annoncer la mort du l’icône. Il s’empresse aussi de dire tout son amour pour le rocker. «RIP Johnny Hallyday. Que celui qui ne l’a jamais aimé me jette son premier disque. Que je t’aime ! »

Johnny Hallyday s’est éteint à 74 ans, des suites d’un cancer des poumons. Il avait été diagnostiqué en novembre 2016 et avait commencé un lourd traitement contre la maladie. Il y a quelques semaines, l’icône du rock français avait été hospitalisée pour détresse respiratoire. Malgré les nouvelles rassurantes, ses proches savaient que Johnny Hallyday allait mal, très mal. Mais jusqu’au bout ses fans ont voulu y croire, y compris de ce côté ci de la Méditerranée. Un comme si Johnny était invincible et immortel. « On a tous en nous quelque chose.....de Johnny. Ce jour, Johnny, tu as allumé le feu dans nos coeurs. Repose en paix. Tu nous manqueras, » écrit Lina sur son profil Facebook.

"Que je t'Aime"

Tout au long de la matinée de ce mercredi 6 décembre, les internautes marocains ont multiplié les partages d’articles annonçant la mort du monstre sacré de la chanson française mais aussi et surtout de ses titres qui marqueront à jamais le rock. C’est le cas par exemple d’Asma Chraïbi. « Que ton âme repose en paix et en hommage je partage ta belle chanson Que je t'aime ... chanson qu'on entendait en boucle presque pendant toutes les vacances d'été des années 70 et même plutôt fin des sixties comme on les appelle .... Et spécialement à la piscine militaire du Génie à Kénitra ... il y aura bien des membres de la famille et des amis ici qui vont se reconnaître et se rappeler cette belle et magnifique époque où nous étions enfants et adolescents .... Merci Johnny de nous avoir fait rêver et fermer les yeux en te suivant avec ce cri haut et fort QUE JE T'AIME QUE JE T'AIME. Adieu l'artiste ...... moi aussi Que je t'Aime », écrit cette internaute.

De Rabat à Paris, les chansons de Johnny sont, elles, éternelles. Parole d’internautes. Le légendaire interprète de « Quelque chose de Tenessee », « Le pénitencier », « Ma gueule », « Retiens la nuit », ou encore « Allumer le feu » et « Noir c’est noir » vivra longtemps encore.

Mohamed Ennaji, l ’écrivain qui explore l’histoire, en explique les raisons. « (…) La scène, à proprement parler, est aux mains du showbiz. Nombre de présidents sont morts qu’on a oubliés et on parle toujours de Diana. Le passage clouté des Beatles a toujours la côte alors que les marches de Mitterrand tombent dans l’oubli. Nous vivons dans des sociétés où l’économique fait assurément la loi. Mais il n’y a pas que ça, il y a aussi le peu d’éclat des présidents plus ou moins tenus en laisse par les systèmes politiques et par les maîtres de l’économie, ce qui a lâché la bride aux vedettes de l’écran et de la scène qui sont les nouveaux maîtres de la foule. L’adieu à Johnny a son éclat lumineux même s’il n’a pas la clé du Panthéon ! », lit-on sur sa page Facebook.


Mercredi 6 Décembre 2017 - 11:03





Nouveau commentaire :
Twitter