Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Côte d'Ivoire: Les Etats-Unis et la France demandent à Gbagbo de quitter le pouvoir


Vendredi 17 Décembre 2010 modifié le Vendredi 17 Décembre 2010 - 19:03




Côte d'Ivoire: Les Etats-Unis et la France demandent à Gbagbo de quitter le pouvoir
Les violents affrontements qui se sont produits jeudi à Abidjan ont fait au moins vingt morts, selon le gouvernement du président sortant Laurent Gbagbo, et une trentaine de morts et 110 blessés, selon le camp du président élu, Alassane Ouattara.

Les partisans de M. Ouattara, reconnu par la communauté internationale comme le vainqueur de l'élection présidentielle du 28 novembre dernier, ont tenté jeudi de prendre le contrôle de la télévision d'Etat, encore entre les mains de Gbagbo qui refuse de reconnaitre sa défaite.

Le siège de la télévision, où le Premier ministre de M. Ouattara, Guillaume Soro, veut se rendre avec ses ministres et ses partisans pour installer un nouveau directeur général, était fortement gardé par les forces de l'ordre fidèles à M. Gbagbo.

Selon Amnesty International, au moins onze personnes ont été tuées et au moins 80 blessées lors de ces affrontements entre les partisans des deux rivaux à la fonction présidentielle.

Des affrontements ont également eu lieu près de l'hôtel servant de QG à M. Ouattara à Abidjan entre des membres de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) et des éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS), loyales à M. Gbagbo.

Les violences ont gagné d'autres localités du pays, dont Yamoussoukro (centre) où sept personnes ont été blessées par balles lorsque les forces de l'ordre fidèles à M. Gbagbo ont dispersé une manifestation de partisans de son rival. En dépit de ces violences, le gouvernement de Ouattara a demandé à la population de poursuivre sa "mobilisation" pour prendre le contrôle de la télévision.

Le Premier ministre Guillaume Soro "appelle les populations à la mobilisation et les invite à ne pas se laisser distraire par cette dictature des chars, et à réclamer la liberté de l'information pluraliste par les médias d'Etat", indique un communiqué publié par ses services.


Côte d'Ivoire: Les Etats-Unis et la France demandent à Gbagbo de quitter le pouvoir
Sur le plan diplomatique, le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, pourrait se rendre vendredi à Abidjan pour tenter de trouver une issue à la crise. Le médiateur de l'UA, l'ancien président sud-africain Thabo Mbeki avait séjourné la semaine dernière à Abidjan et rencontré tous les protagonistes, mais sans parvenir à persuader Gbagbo de céder le pouvoir à Alassane Ouattara dont la victoire a été annoncée par la Commission électorale indépendante et certifiée par l'ONU.

De leur côté, les Etats-Unis ont haussé le ton jeudi contre Laurent Gbagbo, affirmant que le président ivoirien sortant disposait d'un "temps limité" pour céder le pouvoir.

Au cours d'une conférence de presse à Bruxelles, Nicolas Sarkozy a prévenu que si Laurent Gbagbo ne quittait pas le pouvoir avant la fin de la semaine, son nom serait inscrit sur la liste des personnes visées par des sanctions de l'Union européenne, essentiellement des proches de Gbagbo. « Laurent Gbagbo et son épouse ont leur destin entre leurs mains. Si, avant la fin de la semaine, il, Laurent Gbagbo, n'a pas quitté le poste qu'il occupe en violation de la volonté du peuple ivoirien, ils seront nommément sur la liste des sanctions »



Vendredi 17 Décembre 2010 - 08:19

Atlasinfo (Avec MAP)





1.Posté par KOKO le 17/12/2010 11:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L'intervention de M. PING aboutira à une solution en faveur de qui ? C'est à l'amont qu'il fallait éviter ce qui arrive. Parce que : sans la validation juridique du conseil constitutionnel, (même acquis à GBABO, mais tout de même reste un organe institutionnel prépondérant dans le procecessus de transition électorale), le reprsentant de l'ONU n'avait pas pouvoir légal de certifié un résultat quelconque. Donc la certification est nulle et non avenue et là je parle en terme juridique et sans le juridique rien ne fonctionne. Si l'on savait que le conseil constitutionnel était dangéreux, au point d'être favorable à GBABO en toute circonstance, il fallait à l'amont le mettre en cause et y trouver d'abord la solution avant la poursuite du procecessus de transistion électorale. Personne n'a dit que M. SORO était favorable à M. OUATTARA parce que cela serait contraire à ce qui a été dit et contracté par les partis, à savoir, LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL, LA CEI, M. SORO PREMIER MINISTRE, M. OUATTARA CANDIDAT par l'article 48 sous décret présidentionnel si je ne me trompe, M. GBABO lui-même maintenu à son poste. C'est ça le juridique de la chose. Pourquoi en aval, piétiné le CONSEIL CONSTITUTIONNEL. Vous comprenez pourquoi aucun juriste, même aucun magistrat en France ne sera en accord avec M. OUATTARA. Vous savez bien que c'est politiquement que M. OUATTARA est soutenu, mais pas juridiquement. Alors faites attention, parceque les ivoiriens ne céderont à aucun chantage. Il faut retourner vers le CONSEIL CONSTITUTIONNEL et y trouver une solution. Ce n'est pas M. GBABO le centre du problème. M. GBABO est légal, M. OUATTARA est illégal. RENDEZ LE CONSEIL CONSTITUTIONNEL ILLEGAL ET TOUT SERA FACILE. MAIS ALORS COMMENT FAIRE AVEC L ARMEE QUI NE RESPIRE QUE PAR LA CONSTITUTION ET JE LES SOUTIENS. Je ne suis ni pro GBABO, ni pro OUATTARA. Je suis un légaliste sans réserve.
Je vous remercie.

2.Posté par junior le 17/12/2010 14:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il y a bien une seule personne qui est responsable de ces tueries: le président du conseil constitutionnel PAUL YAO N'DRE. Il a refusé de faire le droit en prononçant une décision contraire au code électoral (article 64). C'est dommage.

3.Posté par Dude le 17/12/2010 14:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
On ne peut parler de juridique, de légalité et d'instituition que dans un état policé où il y'a une séparation réèlle des pouvoirs et non du copinage et du népotisme (séfonisme diraient les ivoiriens)..alors les juristes à deux balles MERCI de vous abstenir!

4.Posté par Hilson le 17/12/2010 14:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Je suis tout à fait d'accord avec l'analyse précédente. Au niveau juridique, Ouattara n'a pa su trouver la solution , ses conseillers juridiques auraient dû anticiper et régler ce problème constitutionnel, mais il y'a 2 choses que je tiens à préciser :
1- Le conseil constitutionnel à faire une mauvaise application de la règle de droit en annulant le vote de neuf (9) régions de la CI. En effet en cas d'irrégularités constatées, le Conseil constitutionnel doit annuler les votes dans les départements concernées et non dans la région entière comme ce fut le cas au détriment des autres départements où il n'ya pas eu d'irrégularités, puis réorganiser les élections dans ces dites localités 45 jours après et non proclamer un vainqueur comme ce fut le cas.

2- On parle de loi, de constitution,de souveraineté, mais on oublie souvent l'accord de Prétoria de 2005 ratifié par le président de la république Laurent Gbagbo, ce traité précise que seul la CEI est habilitée à proclamer lè résultats puis accordent à l'ONU de les certifier, à aucun moment dans les textes il n'y est mentionnée l'intervention du conseil constitutionnel. A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle, c'est parce que conscients des nombreux vides juridiques et problèmes que contiennent la constitution ivoirienne de Août 2000, que les belligérants ont signé des accords.
Or nous savons bien que dans la hiérarchie juridique, si je ne me trompe, que les traités ou acords internationaux ratifiés par le président de la République s'applique de plein droit et font office de normes supérieures à la loi interne (en l'occurence la constitution) de l'Etat signataire. Alors je reste encore perplexe lorsque des dirigeants ou une partie du peuple s'indigne de la participation de l'ONU au sein du problème politique de la CI.

3- Enfin nous savons que toute règle de droit peut être interpretée dans le bon ou comme dans le mauvais sens, et même si plus rien ne semble supposer une solution juridique dans la mesure où la décision du Conseil Constitutionnel est insusceptible de recours, n'oublions pas qu'au delà de la mauvaise foi de certains dirigeants, il y'a bien et bel eu un vainqueur à l'issue de cette élection. Nous sommes dans un situation où l'on oppose légalité à la légitimité, en omettant que la légitimité est le socle de toute légalité, il ne faut aussi pas oublier savoir que la justice et l'équité sont les fondements de la Loi , à ce titre toute loi qui ne reflète pas la justice, la vérité et l'équité, ne saurait être une loi.

4- En plus des chaines et radio de télévisions étrangères censurées, ce matin il en a été de même pour la presse ivoirienne indépendantiste, et non gouvernementale. Il y'aura plus de conséquences désastreuses que si le régime en place reste que s'il part, et cela il est bon que le monde et les ivoiriens de la diaspora le savent. Des chasses à l'homme sont ouvertes chaque soir pendant le couvre feu où des innocents sont retrouvés sans vie au lever du jour. Au nom du patriotisme et de lutte contre les puissances étrangères des jeunes gens sont endoctrinées et ne voient que le complot de la communauté internationale contre leur patrie, en réalité ils sont manipulés par un groupe de politiciens milliardaires qui n'a que pour objectif d'assouvir ses intérêts et qui se sert du peuple ivoirien comme bouclier humain. Si l'on veut lutter contre ces dites puissances étrangères, (je m'adresse à la jeunesse) c'est par l'éducation, c'est par commencer à apprendre leurs savoirs dabord, nous donner les moyens ensuite , puis enfin nous pourrons avoir notre mot à dire sur l'échiquier mondial, prenons exemple de la chine ils ont tout appris de l'occident, ils se sont cultivés, puis aujourd'hui sont une grande puissance et maintenant aucune autre nation ne leur dicte ce qu'ils ont à faire.
L'avenir de la Côte d'Ivoire appartient à nous jeunes, apprenons les systèmes politiques pour savoir ce que veulent vraiment nos politiciens, et même s'ils ne sont pas parfaits, savoir au moins qui est le plus à même de nous acheminer vers le developpement, actuellement nous sommes confronter à faire le choix entre le popullisme (Qui à tendance à muter vers une dictature et l'établissement d'une pensée unique par le contrôle des médias) et la technocratie ( Qui implique une rigueur et une sélection stricte des élites en tenant compte des facultés intellectuelles pour accéder à une ascension économique fulgurante).

5.Posté par anti koko le 17/12/2010 14:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Koko,
Faites une analyse sincère, hommête et impartiale?
Je pense que non. Les différentes parties ont accepté la certification de l'ONU pour que les uns ne roulent pas les autres, parce que parait il, il y'a un boulanger parmi les candidats.
Justement qu'est ce qu'on voit?? Le boulanger, à travers son bt d'ami, il gagne sans avoir gagné..
C'est ridicule ce qui se passe

6.Posté par egiron le 17/12/2010 15:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ Mr KOKO
Pour votre information, toutes les dictatures s'appuient sur des organes soit disant légaux et démocratiques... Selon votre raisonnement, empêcher la CEI de proclamer les résultat est donc légal... Annuler des résultats sur la base de près de 20000 procès verbaux, étudiés en 2 heures... vous y croyez?? Établir un couvre feu juste au moment du second tour, même les dictature ne le font pas...De plus, mettre en place un black out total sur les médias, cela ne vous rappelle rien?
Ce qui me surprend le plus, c'est que vous avez à priori accès aux médias internationaux, vous devriez donc savoir que tous les pays d'Afrique, la chine, la russie, et quasiment tous les pays du monde ont reconnu l'élection de Ouattara comme légitime.
Si comme beaucoup d'ivoiriens, vous n'aviez accès qu'à la RTI, je comprendrai votre aveuglement, mais là...

7.Posté par Indignee le 17/12/2010 16:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour Repondre A KOKO:
1) L'accord de Ouaga que Gbabgo a Signe stipulait que l'ONU etait la derniere entite habilite a certfie le resultat.
2)Voici ce que dit la Constitution sur les accords et les traités internationaux:Article 87 :
Les Traités ou Accords régulièrement ratifiés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque Traité ou Accord, de son application par l'autre partie.)"Ceux qui vous accusent de vouloir marcher pour gâter la Côte d`Ivoire, répondez-leur du tac au tac : ``vous avez déjà gâté le pays, c`est pourquoi nous voulons marcher ."Ce n`est pas une marche qui amène la guerre civile. C`est plutôt ceux qui sont contre u...ne marche qui amènent la guerre civile. "


Devoir de memoire:
Discours de Laurent Gbagbo le 5 décembre 1998 au stade Ficgayo, à Yopougon : " J`entends les gens dire, c`est une loi. Elle est déjà votée. On ne peut plus protester. Je voudrais vous dire ceci : tout citoyen de tout pays a le droit sacré de lutter contre une loi lorsque celle-ci va contre ses intérêts. Il ne faut pas ...vous laisser culpabiliser parce que vous voulez user de votre droit de républicain à manifester. )"Ceux qui vous accusent de vouloir marcher pour gâter la Côte d`Ivoire, répondez-leur du tac au tac : ``vous avez déjà gâté le pays, c`est pourquoi nous voulons marcher .Ce n`est pas une marche qui amène la guerre civile. C`est plutôt ceux qui sont contre u...ne marche qui amènent la guerre civile. "


8.Posté par Thewise le 17/12/2010 17:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne faut pas faire un amalgame entre droit et volonte personnelle.
le droit IVOIRIEN existe par le volonte du peuple de meme pour le conseil constitutionel. Des l'instant que le conseil constitutionel va a l'encontre de la volonte du peuple, pour suivre la volonte d'un individu, il se discredite. De ce fait il ne il fait du faux et c'est ce que le peuple IVOIRIEN refuse!!! On me parle de Conseil Constitutionel qui est une institution mais PARTISANE!!!!! appelons les choses par leurs NOMS. N'OUBLIONS PAS QUE c'est le CONSEIL CONSTITUTIONEL de TIA KONE( Partisans) qui nous a mis dans cette situation en 2000. C'est pourquoi il faut qu'en en sorte une bonne fois pour toute. LA VOLONTE DU PEUPLE IVOIRIEN doit etre RESPECTER. N'en deplaise a ceux qui pense encore que les volonte du peuple peut etre Baffouee!!! L'exemple de la COTE' D'IVOIRE doit etre exemple dans L'afrique. L 'EPOQUE ou on pouvaitconfisquer le pouvoir est REVOLUE!!!!!!! A BON ENTENDEUR SALUT!!!!! Merci!!!

9.Posté par jeck le 17/12/2010 22:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ouvrez un peu les yeux et voyez ce que a fait le groupe de Ouatara. C´est un complot conte Gbagbo. J´espere simplement qu on sortira tres vite de cette situacion.

Nouveau commentaire :
Twitter