Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Charlie Hebdo : pour Valls, Plenel utilise «les mêmes mots que Daech»


Mercredi 15 Novembre 2017 modifié le Mercredi 15 Novembre 2017 - 21:35

Interrogé sur la polémique qui enfle entre Charlie Hebdo et Mediapart, l'ancien premier ministre a pris la défense du journal satirique accusant Edwy Plenel, le fondateur du site d'informations, d'émettre «un appel au meurtre».




Tout est parti d'un dessin. La semaine dernière, Charlie Hebdo consacrait sa une au directeur de Mediapart, Edwy Plenel. Le caricature sous-entendait que le journaliste était au courant des accusations de viols et d'agressions sexuelles portées sur l'islamologue controversé Tariq Ramadan, sans n'avoir rien dit. Les jours suivants, de nombreuses figures du monde politico-médiatique se sont indignées, à commencer par le principal concerné Edwy Plenel. Selon lui, «la une de Charlie Hebdo fait partie d'une campagne plus générale» de «guerre aux musulmans» dans laquelle le fondateur de Mediapart inclut Manuel Valls.

Sur BFM TV mercredi, l'ancien Premier ministre a vivement réagi aux propos d'Edwy Plenel. «C'est un appel au meurtre. Ce n'est pas une petite polémique. Edwy Plenel n'est pas n'importe qui», a-t-il tout d'abord tonné. «Tous ces mots: guerre contre les musulmans, croisade... Ce sont exactement les mêmes mots, c'est la même sémantique utilisée par les islamistes, utilisée par la propagande de Daech», a-t-il poursuivi.

«Je veux qu'ils reculent, je veux qu'ils rendent gorge»


Manuel Valls s'affiche ainsi dans la lignée de l'édito de Riss publié mercredi dans le nouveau numéro de Charlie Hebdo. Parlant lui aussi d'un «appel au meurtre», le directeur de la rédaction du journal satirique estime qu'Edwy Plenel a désigné «Charlie Hebdo comme un agresseur supposé des musulmans» et «adoube ceux qui demain voudront finir le boulot des frères Kouachi».

«Quand vous avez une partie de la rédaction de Mediapart qui explique que l'islamisme en tant que tel, en soi, n'est pas un problème grave, qui explique que je suis l'héritier de Déat, c'est-à-dire des fascistes des années 30, moi qui lutte contre l'antisémitisme, qui ai fait face à une campagne ignoble antisémite, qui lutte contre tous les racismes (...), qui accuse des intellectuels de mener des croisades, on nous désigne», a-t-il insisté.

Manuel Valls a dénoncé «l'égarement de cette gauche. C'est là où la phrase de 2016, la mienne, reste prémonitoire, sur les gauches irréconciliables. Oui, ce sont des gens dangereux».«Je veux qu'ils reculent, je veux qu'ils rendent gorge, je veux qu'ils soient écartés du débat public. Non pas par l'interdiction, ce n'est pas le sujet. Mais qu'ils perdent, qu'ils perdent ce combat, cette bataille d'idées. Nous la menons pour la République et je la mène pour les musulmans de France. Parce que c'est nous qui les protégeons. C'est pas Edwy Plenel et ses sbires».

Pierre Lepelletier
Le Figaro
Mercredi 15 Novembre 2017 - 14:53





Nouveau commentaire :
Twitter