Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Algérie: des supposées "opérations bikini"


Mardi 8 Août 2017 modifié le Mercredi 9 Août 2017 - 11:09

Depuis le début de l'été, des Algériennes, se donnant rendez-vous sur la plage pour éviter d'y être importunées par des dragueurs grossiers ou des professeurs de morale, ont été érigées par certains médias en militantes luttant en bikini contre l'islamisme.




Algérie: des supposées "opérations bikini"
Lundi, l'info a fait le "buzz" sur les sites de certains médias français: "jusqu'à 3.000 femmes" étaient attendues pour une "baignade républicaine géante" à Tichy, localité balnéaire de Kabylie située près de Béjaïa (250 km à l'est d'Alger).

Kamel Medjdoub, chef du bureau de Béjaïa du quotidien El-Watan est pourtant formel: "Aucune +baignade républicaine+ n'a eu lieu", lundi 7 août. "C'était une journée ordinaire avec son lot de maillots ordinaires de toutes sortes", a-t-il assuré par téléphone à l'AFP.

Le bikini n'est pas interdit sur les plages algériennes, où les femmes se baignent dans des tenues diverses - maillot une-pièce, deux-pièces, habillées ou en burkini.

Annoncée sur des réseaux sociaux, cette "baignade républicaine" - qui pourrait être un canular selon des médias algériens - était censée faire écho à de prétendues "opérations bikini" lancées en début d'été à Annaba (600 km d'Alger) pour, selon certains médias algériens, français, italiens ou britanniques, imposer par le nombre les bikinis sur les plages locales.

Problème: aucun journaliste algérien ou étranger n'a pu constater la réalité de ces opérations et seule une photo d'une de ces supposées "opérations bikini", sans date ni lieu, montrant une vingtaine de femmes de dos en maillot, circule sur Twitter.

Le buzz est né d'un article d'un journal local d'Annaba, le Provincial, publié le 10 juillet et repris sur les réseaux sociaux puis dans les médias.

L'article évoquait "un groupe de 2.876 femmes" qui "s'organise chaque semaine sur les réseaux sociaux pour protester de manière pacifique en se baignant en maillot de bain sur les plages de la ville", ce en réaction à une "campagne" islamiste sur internet appelant à photographier les femmes en maillot et les publier en ligne.

Si le groupe Facebook "Quelle plage à Annaba?" existe bien, il n'a pas été créé par militantisme probikini mais pour se rendre en groupe sur la plage afin de se protéger du harcèlement de certains hommes, a expliqué l'une de ses membres à l'AFP.

AFP
Mardi 8 Août 2017 - 23:39





Nouveau commentaire :
Twitter