Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Affaire du foulard de Creil : le gros mensonge de Ghaleb Bencheikh à l’encontre de Feu le roi Hassan II


Vendredi 1 Février 2019 modifié le Mercredi 6 Février 2019 - 23:34

Dans une de ses envolées dont il a le secret, le tout nouveau président de la Fondation de l’islam de France, le franco-algérien Ghaleb Bencheikh entame son mandat par un gros mensonge proféré à l’encontre de Feu le Roi Hassan II.




C’était hier à l’occasion de la présentation des vœux de la Fondation. Alors qu’un participant lui demandait de clarifier sa position sur le voile, Ghaleb Bencheikh se lance dans une explication sur sa conception du voile qui ne doit pas compromettre l’avenir de « nos coreligionnaires femmes ».

« J’ai toujours pensé, je ne l’ai jamais caché depuis l’histoire des fillettes à peine nubiles qu’on a emmitouflé à Creil sous prétexte que le Commandeur des croyants au Maroc dit qu’il faut respecter le voile, alors qu’aucune femme de sa famille n’est voilée. Et ça a commencé comme ça », lance-t-il la voix tremblotante et chevrotante

De quoi s’agit-il ? En octobre 1989 à Creil, dans l’Oise, le proviseur du collège Gabriel-Havez décide d’exclure Leila, Fatima et Samira, trois jeunes filles qui refusent d’ôter leur fichu en classe. L’affaire s’enflamme et le débat avec. Des dizaines de journalistes débarquent devant l’établissement pour interroger les collégiennes qui les fuient en courant, comme l'a décrit Libération. La polémique enfle à tel point qu’il a fallu l’intervention du Maroc pour y mettre un terme.

Et c’est effectivement Feu le Roi Hassan II qui a demandé via l’ambassadeur du Maroc en France aux jeunes filles d’enlever leur foulard et de reprendre le chemin de l’école. Contrairement à ce que prétend le nouveau président de la Fondation de l’islam de France.

Interrogé sur cette question par une brochette de journalistes connus, en direct du palais de Rabat, lors de la célèbre émission « L’heure de vérité», feu le Roi Hassan II avait répondu : « “Les musulmans traditionalistes en France disent que le voile est essentiel”, mais au Maroc "la majorité des femmes marocaines ne portent pas le voile. De plus en plus. (…) Les commandements de l’islam concernant le port du voile sont définis dans le temps et dans l’espace (…) D’ailleurs la preuve que quand on a demandé aux deux jeunes filles marocaines, quand je leur ai fait demander personnellement et en tant que père de famille, par l’intermédiaire de mon ambassadeur, de vouloir bien cesser cette affaire dont elles sont à l’origine sans le vouloir, elles ont parfaitement compris et leurs parents aussi ».

Dans la responsabilité qu’il lui incombe, M. Ghaleb Bencheikh doit avoir le souci de la vérité, alors que l’organisation du culte musulman monopolise le débat en France. Travestir les faits contribuera grandement à décrédibiliser sa parole et son statut du président de la Fondation de l’islam de France.



Vendredi 1 Février 2019 - 23:59

Par Atlasinfo





1.Posté par Mansour Essaïh le 01/02/2019 20:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J’ai lu un article sur un autre site qui parle du ‘’fonctionnement obscur de l’armée algérienne’’. Tout ce qui émane des responsables algériens provient, en réalité, des comploteurs du think tank militaro-politique algérien qui passent le plus clair de leur temps afin de trouver tous les moyens à même de nuire à notre pays.

Le nouvel affabulateur G. Bencheikh ne fait que suivre la piste tracé par son ministre des affaires étrangère qui avait menti sur des présidents africains qui, avait-il dit sans vergogne, lui ont appris que les banques marocaines recyclent l’argent de la drogue en Afrique et que la compagnie aérienne marocaine RAM ne transporte pas que des voyageurs (entendez que la RAM transporte aussi de la drogue).

Tout le monde se rappelle que quelques mois après le mensonge grossier d’Abdelkader Messahel, les gros légumes militaires algériens qui tiennent leur pays fermement sous leurs bottes, ont été pris, la main dans le sac, dans le commerce de gros international de la cocaïne !

Il est curieux que, depuis ce scandale, A. Messahel a perdu la voix pour nuire directement au Maroc mais le voila qui charge son subalterne à la FIF pour continuer son œuvre belliqueuse envers notre pays.

Quels bande d'abrutis ! Ils croient qu'ils sont seuls au monde et qu'ils peuvent mentir à volonté sans que personne ne sort de sa tombe pour les démentir !

Nouveau commentaire :
Twitter