Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









Affaire Saad Lamjarred, après le retrait des avocats marocains, Eric Dupond-Morett jette l’éponge à son tour


Jeudi 30 Août 2018 modifié le Samedi 1 Septembre 2018 - 01:47

Après le retrait des avocats marocains, Brahim Rachidi et Aicha Ansar, du dossier Saad Lamjarred dans l'affaire qui l'opposait à Paris à la plaignante Laura Prioul, Me Eric Dupond-Moretti jette l'éponge à son tour après une nouvelle mise en examen de son client pour viol.




Grand tribunal de Paris: Les avocats marocains, Brahim Rachidi et Aicha Ansar, Me Jean-Marc Fedida, et un avocat représentant Eric Dupond-Moretti
Grand tribunal de Paris: Les avocats marocains, Brahim Rachidi et Aicha Ansar, Me Jean-Marc Fedida, et un avocat représentant Eric Dupond-Moretti
Le célèbre avocat français, surnommé Acquittator, a déclaré au site Le360 qu'il n'est plus le défenseur de la pop star marocaine après de nouvelles accusations de viol d'une jeune femme de 28 ans, suivies d'une mise en examen par un juge d'instruction du tribunal de Draguignan (sud de la France).

Il y a un an lors de l'audience devant la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Paris qui devait confirmer la remise en liberté conditionnelle de Saad Lamajarred dans l'affaire Laura Prioul, Me Eric Dupond-Moretti avait manifesté son agacement après que le chanteur s’est laissé aller à une petite séance photo avec ses fans .(voir notre vidéo).

La star de la chanson peut encore compter sur les services de son autre avocat, Me Jean-Marc Fedida.

Saad Lamjarred, in­ter­pellé di­manche à Saint-Tro­pez et mis en examen pour viol mardi à Dra­gui­gnan à l’is­sue d’un long in­ter­ro­ga­toire de­vant le juge d’ins­truc­tion, a été présenté à un juge des li­ber­tés et de la dé­ten­tion qui a dé­cidé de son pla­ce­ment sous contrôle ju­di­ciaire avec ver­se­ment d’une cau­tion de 150 000 €.

Le par­quet, qui avait re­quis la dé­ten­tion, n’a pas été suivi. Le chan­teur a donc été remis en li­berté avec di­verses obli­ga­tions, no­tam­ment l’in­ter­dic­tion de quit­ter le ter­ri­toire fran­çais et d’en­trer en contact avec la plai­gnante et les témoins.

La star marocaine, dont les clips ont été visionnés des millions de fois sur internet, avait déjà été mise en examen (inculpée) en octobre 2016 à Paris pour "viol aggravé" et "violences volontaires aggravées" et écrouée.

A la veille d'un concert qu'il devait donner, une femme de 20 ans avait porté plainte, affirmant avoir été agressée quelques heures plus tôt par le chanteur dans la chambre d'hôtel de ce dernier. Défendu par Mes Dupond-Moretti et Jean-Marc Fedida, Saad Lamjarred avait été remis en liberté en avril 2017, sous bracelet électronique, à la suite d'une décision de la cour d'appel de Paris.

En mars dernier, autorisé par la justice française à voyager au Maroc, Saad Lamjarred, célèbre dans le monde arabe pour son titre "Enty" (91 millions de vues sur Youtube), avait lancé la promotion de son dernier single, "Ghazali Ghazali".

Le chanteur a par ailleurs été mis en examen pour "viol" le 11 avril dans une enquête ouverte après la plainte d'une jeune Franco-Marocaine affirmant avoir été agressée et frappée par le chanteur, à Casablanca en 2015.

Il a également été mis en cause aux Etats-Unis dans une affaire de viol présumé datant de 2010, mais les poursuites ont été abandonnées.

Jeudi 30 Août 2018 - 14:54

par Lilla Taleb




Nouveau commentaire :
Twitter