Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








A l’inverse du Maroc et de la Tunisie, les entreprises algériennes sont encore à la traîne (patronat algérien)


Samedi 21 Octobre 2017 modifié le Lundi 23 Octobre 2017 - 20:02




Internet : A l’inverse du Maroc et de la Tunisie, les entreprises algériennes sont encore à la traîne (patronat algérien)
Internet : A l’inverse du Maroc et de la Tunisie, les entreprises algériennes sont encore à la traîne (patronat algérien)
Les entreprises algériennes, à l’inverse de leurs homologues tunisiennes et marocaines, sont encore à la traîne en ce qui concerne le taux de numérisation, a souligné Hakim Cherfaoui, responsable de la commission TIC au Forum des chefs d'entreprises algériennes (FCE).

"Avec à peine 15 % d'entreprises connectées à internet, moins de 8 % qui sont dotées de leur propre site web, 2 % disposant d'un catalogue de produits en ligne et quelque 200 à 250 sites marchands dédiés au E-commerce (données publiques de 2014), notre économie, à l'inverse de ses voisines immédiates (Maroc et Tunisie) et tant d'autres du monde arabe ou d'ailleurs, n'est pas prêt de devenir moins étanche au monde du numérique", a déploré Cherfaoui, apportant ainsi un cinglant démenti aux propos ahurissants du ministre algérien des Affaires étrangères Abdelkader Messahel selon lesquels le "Doing business" n’est possible qu’en Algérie.

"Nous ne sommes pas en retard, nous sommes en décalage de phase", a ajouté ce responsable, cité par le journal "El Watan", relevant que ce constat s'applique merveilleusement à la filière sidérurgique.

Il s’agit d’un manque de visibilité numérique aveuglant qui pourrait avoir de fâcheuses conséquences sur certaines activités sensibles, a poursuivi la même source, précisant que la sécurité de l'information semble être le dernier souci de ses dirigeants, qui utilisent des comptes Gmail pour communiquer et partager les courriers électroniques et les décisions, à caractère hautement sensible et stratégique, avec tous les risques de piratage que cela sous-entend.

Il a cité comme exemple le groupe public des Industries métallurgiques et sidérurgiques (Imetal), propriétaire de Sider El Hadjar, qui ne dispose toujours pas de son propre site internet, avertissant que c'est tout le patrimoine informationnel de tout le secteur qui s'en trouve exposé à de sérieuses menaces de piratage.

Pis encore, "de hauts responsables du CA du groupe Sider, relevant d’IMETAL utilisent des comptes Yahoo pour échanger leurs courriers, cela relève de la folle aberration. Et dire que des dizaines de millions de dollars ont été investis pour, soi-disant, numériser les installations de production et les outils de gestion", s'offusquent de leur part des cadres du département Exportation du complexe sidérurgique.

A leurs yeux, le cas du géant de l'industrie sidérurgique, à l'instar de beaucoup d'autres, incarne parfaitement "la peur du changement, d'oser le bond vers le développement numérique", dont les décideurs algériens semblent être incapables de se libérer.

Pour Nadia Chettab, professeur de sciences économiques à l'université Badji Mokhtar d’Annaba, "Sortir l'économie algérienne de sa dépendance aux hydrocarbures" peut ne plus être qu'un simple slogan récurrent, il suffit juste de savoir comment saisir les opportunités et tirer profit des avantages de la dernière révolution industrielle que constitue le numérique".

L'ex-conseillère de Abdelhamid Temmar, ancien ministre de l'Industrie, souligne que le numérique constitue, désormais, "une réalité qu'il est nécessaire d'intégrer, surtout pour les industries bâties sur un modèle ancien".
Samedi 21 Octobre 2017 - 15:49





Nouveau commentaire :
Twitter