Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 









A Tunis, les chefs des gouvernements italien et tunisien discutent immigration


Vendredi 2 Novembre 2018 modifié le Samedi 3 Novembre 2018 - 08:37

L'immigrationclandestine vers l'Europe était au coeur de la rencontre vendredi à Tunis du chef du gouvernement italien Giuseppe Conte avec son homologue tunisien Youssef Chahed, qui a annoncé que plus de 9.000 personnes avaient tenté de quitter illégalement les côtes tunisiennes depuis janvier.




Lors d'une conférence de presse commune avec M. Conte, le Premier ministre tunisien Youssef Chahed a affirmé que son pays faisait "beaucoup d'efforts pour lutter contre l'immigration illégale".

Depuis janvier 2018, "plus de 1.300 tentatives ont été avortées", a-t-il assuré, ajoutant que 9.000 personnes avaient tenté au total d'immigrer illégalement vers l'Europe.

Selon les chiffres donnés par le ministère tunisien de l'Intérieur, 400 d'entre elles sont originaires d'Afrique subsaharienne.

L'Italie demande "plus de flexibilité" de la part des autorités tunisiennes pour le rapatriement des Tunisiens arrivés illégalement en Italie, a déclaré de son côté Giuseppe Conte.

En visite en Tunisie, M. Conte a également évoqué le sujet de l'immigration illégale depuis la Tunisie vers l'Europe lors de son entretien avec le chef de l'Etat tunisien Béji Caïd Essebsi au palais présidentiel de Carthage, selon un communiqué de la présidence de la République.

Selon le ministère italien de l'Intérieur, 4.487 Tunisiens sont arrivés clandestinement en Italie au cours des huit premiers mois de l'année, contre 6.092 sur l'ensemble de 2017.

Plusieurs ONG tunisiennes s'opposent à l'augmentation d'un quota de 80 expulsions par semaine, de l'Italie vers la Tunisie, évoqué par les autorités italiennes et rarement atteint.

Fin septembre, les autorités tunisiennes avaient indiqué avoir arrêté entre le 1er janvier et le 20 septembre plus de 8.400 candidats à l'exil, dont plus de 700 soupçonnés d'organiser ou faciliter de périlleuses traversées de la Méditerranée.

Les Tunisiens en quête d'emploi et de perspectives d'avenir restent nombreux à tenter de traverser la Méditerranée clandestinement en direction de l'Italie.
Vendredi 2 Novembre 2018 - 21:01

afp




Nouveau commentaire :
Twitter