Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








A Rabat, les musiciens débarquent dans les rues


Samedi 4 Février 2017 modifié le Dimanche 5 Février 2017 - 13:03




Ici bat le coeur de Rabat. Syndicalistes, manifestants et mécontents en tout genre battent le pavé quasi-quotidiennement sur le boulevard Mohammed V, grande artère du centre de la capitale marocaine. Mais depuis quelques mois, de nouveaux venus y ont fait leur apparition: musiciens à cheveux longs et chanteurs de rues à la guitare sèche y poussent désormais la chansonnette, sous l'oeil ravi des promeneurs. Un phénomène nouveau et apparemment toléré par les autorités.

"Beaucoup de gens s'arrêtent pour nous écouter ou nous encourager. Certains font des selfies avec nous. Nous donnons de la joie aux gens", sourit Sayaf, la vingtaine, en grattant une guitare électroacoustique branchée à un ampli.

Entre bâtiments administratifs et immeubles Art-déco, le jeune homme tient le micro, accompagné à la trompette par Tileman, un "babacool" allemand qui sillonne le monde avec son instrument.

"J'ai laissé tomber mes études pour me consacrer à la musique, et joue quotidiennement dans la rue", raconte Sayaf, bottes en cuir et lunettes noires de rockstar. Dans son chapeau à même le sol, une poignée de dirhams. Des passants s'arrêtent un instant pour écouter quelques notes, parfois déposer une pièce.

"Cette ambiance, on la retrouvait surtout à Essaouira (sud), ville hippie par excellence. Mais maintenant, elle se généralise aux principales villes du pays", se réjouit un passant, Adil, guide touristique quadragénaire.

A une centaine de mètres de là, d'autres musiciens, danseurs de hip-hop et "artistes" improvisés se retrouvent sur une esplanade arborée en face du Parlement. Et il en va ainsi désormais tous les soirs.

Le phénomène, qui donne une forme de convivialité, date de trois ou quatre mois, selon les habitants de Rabat.

Et chose nouvelle, la police, omni-présente dans le centre de la capitale, n'intervient quasiment pas. Ceci alors que la préfecture de Rabat a renforcé depuis janvier la lutte contre la mendicité, très ostensible, qui ternit l'image de Rabat.

(Avec AFP)

Samedi 4 Février 2017 - 08:57





Nouveau commentaire :
Twitter