Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








11% de la population française est d'origine étrangère


Jeudi 9 Février 2017 modifié le Jeudi 9 Février 2017 - 17:29

7,3 millions de personnes nées en France et résidant en ménages ordinaires ont au moins un parent immigré, soit 11% de la population, selon une étude publiée mercredi soir par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee).




L’étude, qui cite des chiffres de 2015, indique que parmi cette population 45 pc sont d’origine européenne, la plupart sont enfants d’immigrés arrivés en France en provenance d’Espagne ou d’Italie dès les années trente, ou du Portugal un peu plus tardivement, à partir de 1970.

De plus, 31% des descendants sont issus des vagues d’immigration en provenance du Maghreb, à partir de l’après-guerre pour les Algériens et à la fin des années soixante pour les Marocains. À partir du milieu des années soixante-dix, l’immigration concerne davantage les pays de l’Afrique (hors Maghreb) ou de l’Asie, mais les flux sont moins importants. Ainsi, en 2015, 11% des descendants ont au moins un parent né en Afrique subsaharienne et 9 pc ont au moins un parent né en Asie.

Les descendants d’immigrés sont plus jeunes que le reste de la population. En effet, 47 pc d’entre eux sont âgés de moins de 25 ans, contre 30 % de la population n’ayant pas de parents immigrés. À l’inverse, 23 % des descendants d’immigrés sont âgés de 50 ans ou plus, contre 37% des personnes sans ascendance migratoire directe.

Selon l’étude, parmi les descendants d’immigrés de moins de 25 ans, 42 % sont originaires du Maghreb et 19 % d’Afrique subsaharienne. Une partie des descendants d’immigrés d’origine maghrébine est issue d’immigrés algériens ou marocains arrivés jeunes en France dans le cadre du regroupement familial. Les vagues d’immigration en provenance de l’Afrique subsaharienne sont plus récentes, ce qui explique que huit descendants sur dix de cette origine ont moins de 25 ans.

Au niveau des descendants d’immigrés de 50 ans ou plus, 88 % sont d’origine européenne. Leurs parents sont pour la plupart des immigrés arrivés en France entre les deux guerres en provenance d’Italie, d’Espagne, de Belgique, de Pologne ou d’Allemagne. La moitié des descendants d’immigrés espagnols ou italiens ont 50 ans ou plus. Les descendants d’immigrés portugais sont un peu plus jeunes, seulement un sur vingt a 50 ans ou plus. L’immigration portugaise, qui a connu un pic au milieu des années soixante-dix est en effet restée à un niveau assez élevé jusqu’au début des années quatre-vingt-dix. Enfin, la moitié des descendants d’immigrés originaires des pays de l’Union européenne hors Espagne, Italie ou Portugal ont également 50 ans ou plus.

L’étude relève, par ailleurs, que 3,3 millions de descendants, soit 45 % d’entre eux, ont deux parents immigrés. Dans neuf cas sur dix, ces derniers sont nés dans le même pays, en particulier, 1,2 million de descendants ont deux parents d’origine maghrébine et 1,1 million ont deux parents immigrés d’origine européenne.

En revanche, 3,6 millions de descendants d’immigrés, soit une proportion plus importante (50 pc), sont issus d’un couple mixte: un seul des deux parents est immigré. Il s’agit plus fréquemment d’un père immigré et d’une mère non immigrée (2,1 millions) que l’inverse (1,5 million). Les autres cas correspondent à des descendants dont l’origine d’un seul des deux parents est connue.

Selon l’Insee, la mixité des origines des parents dépend des conditions d’arrivée en France. Ainsi, 65 % des descendants d’immigrés d’origine européenne sont issus d’un couple mixte. Les hommes immigrés espagnols ou italiens, arrivés en général jeunes et seuls, ont fréquemment fondé une famille avec une Française et ont eu des enfants en France. En revanche, 44 % des descendants d’immigrés d’origine maghrébine ont un seul parent immigré. Cette moindre mixité peut s’expliquer en partie par le regroupement familial qui a suivi l’immigration de personnes dont la famille était déjà constituée avant la migration. Lorsque les origines sont africaines (hors Maghreb), la moitié des descendants sont les enfants d’un couple mixte, 39 % sont dans ce cas si les origines sont asiatiques, selon l’étude.


Jeudi 9 Février 2017 - 11:27





Nouveau commentaire :
Twitter