Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Vladimir Poutine en Italie après les menaces du G7


Mercredi 10 Juin 2015 modifié le Mercredi 10 Juin 2015 - 08:48

Le président russe Vladimir Poutine va tenter de rompre son isolement diplomatique au cours d'une brève visite mercredi en Italie et au Vatican au cours de laquelle il rencontrera le chef du gouvernement Matteo Renzi et le pape François.




L'homme fort du Kremlin se présente dans la péninsule italienne deux jours à peine après de nouvelles menaces de sanctions renforcées de la part des pays du G7. La situation en Ukraine s'est de nouveau détériorée ces derniers jours, laissant craindre une nouvelle escalade.

Sa visite se déroulera en trois temps: la matinée sera consacrée à la célébration de la "journée nationale de la Russie" à l'Exposition universelle de Milan, avec une visite des pavillons russe et italien en compagnie de Matteo Renzi. Les deux hommes auront ensuite un entretien sur le site, suivi d'un point presse.

Le pavillon russe à l'Expo, apprécié des visiteurs pour son immense miroir en surplomb, se fendra pour l'occasion d'un "programme culturel d'exception" avec de la musique traditionnelle du Caucase ou l'orchestre philarmonique de la République du Tatarstan. Ses cuisines proposeront du caviar et des blinis.

Rien n'a filtré en revanche sur le menu de l'entretien prévu entre MM. Poutine et Renzi. Bien que l'Italie ne fasse pas partie des "faucons" en matière de relations avec la Russie, ce dernier est l'un des signataires du sévère communiqué publié lundi à l'issue d'une réunion des dirigeants du G7 en Bavière.

Les sept chefs d'Etat ou de gouvernement y ont unanimement lié la durée des sanctions contre la Russie à "la mise en oeuvre intégrale des accords de Minsk" de février sur un cessez-le-feu en Ukraine et au "respect de la souveraineté" de Kiev. Ils s'y disent "également prêts à prendre d'autres mesures restrictives pour augmenter le coût pour la Russie si ses actions le rendent nécessaire".

Selon Kiev, la Russie est "le principal organisateur et parrain du conflit" et près de 10.000 de des soldats combattent aux côtés des 33.000 rebelles prorusses dans le Donbass ukrainien.

Mercredi 10 Juin 2015 - 08:47

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter