Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Vidéo Vincent Lambert - Bayrou : "Ce que l'on voit, c'est un vivant"


Mercredi 10 Juin 2015 modifié le Mercredi 10 Juin 2015 - 21:33




Le président du MoDem François Bayrou a jugé mercredi sur i>Télé au sujet de Vincent Lambert, dont une vidéo a été diffusée mercredi, que l'on "ne peut pas abandonner quelqu'un qui est vivant".

Après la validation par la CEDH de l'arrêt des soins pour Vincent Lambert, des proches décidés à se battre pour son maintien en vie ont diffusé mercredi une vidéo censée démolir le diagnostic médical d'état végétatif du patient depuis 2008. "Je ne les ai pas vues [les images, NDLR], mes enfants les ont vues et m'ont appelé aussitôt, ma femme les a vues et ce qu'ils disent c'est que ce n'est pas un mort, pas un garçon en coma dépassé", a dit le leader centriste.

"Ce qu'on voit, c'est un vivant, un vivant blessé, désarmé, mais quelqu'un qui n'est pas un mort prolongé, ce n'est pas de l'acharnement thérapeutique, je crois d'ailleurs qu'il ne reçoit pas des soins d'acharnement thérapeutique", a-t-il poursuivi. "On ne peut pas abandonner quelqu'un qui est vivant, même blessé, même diminué, même handicapé", a-t-il enchaîné. "J'ai voté la loi Léonetti", a-t-il dit. "J'en parle avec beaucoup d'émotion car les plus fragiles parmi nous méritent aussi qu'on fasse attention et qu'on s'en occupe", a-t-il ajouté, se défendant d'une "opinion définitive" ou "tranchée", a-t-il encore ajouté.

"Consternée" par cette vidéo

L'épouse de Vincent Lambert a déclaré mercredi que "cette vidéo n'apporte aucun élément nouveau, l'état de santé de Vincent n'a pas évolué depuis des années". "Ce n'est pas en deux minutes que l'on peut comprendre l'état de mon mari", a réagi la jeune femme "consternée par la diffusion de la vidéo et certaines réactions sur les réseaux sociaux".

Les parents de Vincent Lambert, catholiques traditionalistes, une de ses soeurs et un demi-frère s'opposent à la décision de la CEDH, en affirmant que le patient n'est "pas en fin de vie" mais lourdement handicapé.

Mercredi 10 Juin 2015 - 21:29





Nouveau commentaire :
Twitter