Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Valérie Trierweiler "semble prête à pardonner, elle ne veut pas claquer la porte sur un coup de tête"


Lundi 13 Janvier 2014 modifié le Mardi 14 Janvier 2014 - 08:58

Le Parisien propose ce matin, un article sur ce qui s'est passé entre Valérie Trierweiler et François Hollande à l'Elysée avant la parution du magazine Closer vendredi matin.




Apprenant la nouvelle de la parution jeudi midi, le Président aurait alors reconnu la relation devant Valérie Trierweiler. "Ni les escapades à scooter avec son garde du corps au milieu de la nuit, ni la fréquence de ces rendez-vous clandestins, ni la date à laquelle cette « love affair », comme la baptise désormais la presse étrangère, a démarré, il y a déjà plusieurs mois", relate Le Parisien.

Un couple Présidentiel qui vivait bien ensemble, et pas chacun dans une aile de l'Elysée comme le disent certains, confie une proche de Valérie Trierweiler au quotidien.

Le Parisien explique que la Première Dame est alors sous le choc: "Bien sûr, elle n'ignorait rien des rumeurs qui couraient dans Paris depuis des semaines. Elle a simplement voulu croire qu'elles étaient fausses. Pour elle, ils formaient toujours un couple".

Le président et sa compagne ont passé ensemble le réveillon du 31 décembre au pavillon de la Lanterne, à Versailles, en compagnie des ministres Manuel Valls et Michel Sapin et de l'acteur Gérard Jugnot. Quelques jours plus tôt, le 26 décembre, le chef de l'Etat avait également participé à un déjeuner de Noël, en banlieue parisienne, autour de la famille Trierweiler réunie au grand complet."

Que s'est-il passé ensuite ? Un gros coup de fatigue, mais pas de tentative de suicide comme le sous-entendent certains médias américains depuis hier soir.

Hospitalisée, Valérie Trierweiler devrait passer des examens à l'hôpital aujourd'hui et sans doute sortir en fin de journée si tout va bien.

"Agacés, certains conseillers de l’Elysée, qui ne la portent pas dans leur cœur, déplorent cette fuite, quand ils ne suspectent pas un « chantage affectif ». La guerre semble déclarée dans certains bureaux du palais. Dans l’entourage de la première dame, on reconnaît sans détour que des décisions doivent être prises très rapidement alors que le président de la République va s’adresser à la presse demain", souligne Le Parisien

Reste à savoir comment cette affaire va se régler au sein du couple désormais, car Valérie Trierweiler doit accompagner le Président dans plusieurs voyages officiels ces prochaines semaines.

« Elle semble prête à pardonner, elle ne veut pas claquer la porte sur un coup de tête, mais elle veut savoir très vite quelles sont les intentions de François Hollande », soupire un proche dans une confidence au Parisien.

Lundi 13 Janvier 2014 - 07:39





Nouveau commentaire :
Twitter