Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Une église demande à ses fidèles de stopper leur traitement contre le sida


Mardi 29 Novembre 2011 modifié le Mercredi 30 Novembre 2011 - 08:56

Six personnes seraient mortes après avoir suivi les «conseils» médicaux de leur pasteur. Scandale.




Un fidèle en pleine séance de "guérison" à Londres.
Un fidèle en pleine séance de "guérison" à Londres.
La « Synagogue Church of All Nations » est dans de sales draps. Une enquête de la chaîne de télé londonienne « Sky News » vient de démontrer que cette église basée dans le sud de la capitale anglaise avait pour habitude de promettre une technique de guérison du Sida pour le moins farfelue à ses fidèles. Selon les résultats de ces investigations, les autorités de cette communauté religieuse promettent même un succès assuré dans la guérison du HIV. La technique miracle? Leur hurler dessus pour que le «Diable sorte de leur corps», en les aspergeant d’une eau vaguement bénite, d’ailleurs en vente sur le site web de l’église. Et si des symptômes tels que les vomissements ou les diarrhées persistent, l’église explique alors aux malades que cela signifie simplement que le virus quitte leur corps.
Le procédé pourrait prêter à sourire s’il n’était pas parfaitement irresponsable. Car la « Synagogue Church of All Nations » n’est pas n’importe quelle église. Chaque mois, elle organise une séance de prières qui attire des malades de toute l’Europe, en quête d’une guérison miraculeuse. La communauté a aussi des ramifications en Grèce, en Afrique et dans diverses villes du Royaume-Uni. Elle a aussi sa propre chaîne de TV, vend des livres, des DVDS, et des livres. Le type de discours tenu par cette communauté aurait déjà mené à six décès de sidéens, selon certains professionnels de la santé anglais.

Quels risques en Suisse ?

Sociologue des religions et fin connaisseur du milieu évangélique, Christophe Monnot pense que la Suisse est relativement à l’abri du genre de dérives mises en évidence par les médias anglais. Un discours anti-médecine classique serait néanmoins parfois tenu dans de petits groupes de croyants, à la durée de vie assez courte. Ceux-ci sont surtout fréquentés par des personnes originaires d’Afrique.

Ces communautés sont moins stables qu’en Angleterre car les populations migrantes sont installées en Suisse depuis moins longtemps. La principale église romande qui est «branchée» guérison, basée à Oron-la-Ville, veillerait en outre à ne pas se faire accuser de tenir un discours encourageant ses ouailles à délaisser le système médical classique. Un médecin est d’ailleurs toujours présent lors de ces cultes destinés à guérir les malades. «Il nous arrive même parfois de devoir dire à certains fidèles qu’ils ne doivent absolument pas arrêter de prendre leurs médicaments, mais moins qu’au début de notre existence», explique une responsable. Elle précise qu’un même discours est tenu sur la ligne téléphonique censée demander à Dieu de guérir les gens à distance.


Mardi 29 Novembre 2011 - 13:17

(Source Le Matin.ch)




Nouveau commentaire :
Twitter