Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Une décision a été prise au plus haut niveau pour normaliser les relations entre le Maroc et l'Algérie (Fassi Fihri)


Vendredi 18 Novembre 2011 modifié le Vendredi 18 Novembre 2011 - 11:28




Une décision a été prise au plus haut niveau pour normaliser les relations entre le Maroc et l'Algérie (Fassi Fihri)
Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Taib Fassi Fihri, a affirmé qu'une décision a été prise au plus haut niveau par le Maroc et l'Algérie en vue d'une normalisation des relations entre les deux pays.

M. Fassi Fihri, qui était l'invité de l'émission "Invité spécial", diffusée jeudi soir par la deuxième chaîne de télévision "2M", a souligné qu'il a déjà été procédé à la mise en oeuvre du processus de normalisation entre les deux pays, à travers les visites de plusieurs ministres marocains en Algérie.

Après avoir mis en avant l'importance de ces visites, le ministre a fait état de l'accord avec la partie algérienne pour engager des concertations sur les relations bilatérales et régionales, tout en prenant compte de certaines initiatives à l'échelle maghrébine.

"Comme a tenu à le souligner SM le Roi Mohammed VI, nous avons besoin d'un nouvel ordre maghrébin, car nous n'avons pas avancé, depuis des années, dans le cadre de l'Union du Maghreb arabe", a-t-il affirmé, attribuant cet état de fait, entre autres, aux complications liées au différend sur la question du Sahara marocain et à la mésentente avec la précédente direction libyenne.

M. Fassi Fihri a mis l'accent sur l'importance de poursuivre les visites et d'étoffer les partenariats sur les plans sectoriels entre le Maroc et l'Algérie et d'amorcer un dialogue politique franc et sérieux, dès lors que les deux parties font face à des challenges communs, notamment l'immigration clandestine, le trafic de drogue et la lutte contre le terrorisme international qui pèsent sur la région.

Il a estimé qu'il était temps de se mettre davantage à l'écoute des revendications des citoyens maghrébins et de réfléchir à une réponse maghrébine claire, en mettant à profit toutes les potentialités et les compétences dont regorge la région, particulièrement dans le sillage des mutations en cours en Libye et en Tunisie et des exigences que dicte la situation sécuritaire à l'échelle régionale.



Vendredi 18 Novembre 2011 - 08:41





Nouveau commentaire :
Twitter