Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Une collaboration avec l'armée syrienne envisageable si Assad n'est plus aux commandes


Lundi 30 Novembre 2015 modifié le Lundi 30 Novembre 2015 - 14:21




Une collaboration avec l'armée syrienne pour lutter contre le groupe jihadiste Etat islamique n'est envisageable que si l'actuel président Bachar al-Assad n'est plus aux commandes, a déclaré lundi le chef de la diplomatie française Laurent Fabius.

"Si on arrive à une transition politique et que ce n'est plus Bachar qui dirige l'armée syrienne, il peut y avoir des actions communes contre le terrorisme. Mais sous M. Bachar ce n'est pas possible", a déclaré M. Fabius sur la radio France Inter, interrogé au Bourget où se déroule la conférence climat.

"Il est évident que ce n'est pas sous la maîtrise de M. Assad que l'armée pourrait être engagée aux côtés de l'opposition modérée", a-t-il insisté.

La France a désormais pour priorité en Syrie la lutte contre les jihadistes de l'EI, organisation qui a revendiqué les sanglants attentats du 13 novembre à Paris.

Mais "nous travaillons pour une transition politique", a assuré M. Fabius, alors que deux réunions internationales, associant pour la première fois les alliés du régime syrien, Moscou et Téhéran, se sont déroulées en octobre et novembre à Vienne.

Cette réunion a permis d'établir une feuille de route prévoyant une réunion de l'opposition et d'éléments du régime syrien d'ici le 1er janvier, la mise en place d'un gouvernement de transition dans les six mois et l'élaboration d'une nouvelle constitution avant l'organisation d'élections dans les 18 mois.

Alors que plus de 150 chefs d'Etats et de gouvernements sont réunis lundi au Bourget près de Paris pour la plus grande conférence sur le climat jamais organisée, le sujet syrien devrait être abordé lors des multiples bilatérales qui auront lieu en marge de la conférence.

Evoquant la possibilité d'une bilatérale entre les présidents russe Vladimir Poutine et turc Recep Tayyip Erdogan, brouillés depuis qu'un avion russe a été abattu à la frontière syrienne par l'armée turque, M. Fabius, qui préside la COP21, a assuré que "si nous pouvons faciliter les choses nous le ferons".

Lundi 30 Novembre 2015 - 09:25

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter