Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Une adolescente violée en plein jour par des jeunes de 13 ans à Lyon: la scène a été filmée


Samedi 7 Mai 2011 modifié le Samedi 7 Mai 2011 - 14:26




Entre le parking et la voie de taxi, le lieu où a eu lieu le viol gare de la Part-Dieu à Lyon
Entre le parking et la voie de taxi, le lieu où a eu lieu le viol gare de la Part-Dieu à Lyon
Il a fallu qu'un salarié d'un bureau situé près de la gare de la Part-Dieu, à Lyon, décroche son téléphone, et appelle la police, intrigué par l'attroupement d'adolescents près du dépose-minute.

Un groupe d'une quinzaine d'ados, entourant une jeune fille de 14 ans, rencontrée par hasard. La jeune fille sortait de la gare avec une copine, pour retrouver son petit ami et d'autres copains. La copine s'est enfuie, l'autre n'a pas pu. Quatre adolescents ont ordonné à la jeune fille de leur faire une fellation. Terrorisée, elle s'est exécutée, sous le regard et les quolibets des autres. Deux d'entre eux filmaient la scène avec leur téléphone portable. Ils sont âgés de 13 ans. Dans l'assistance, le frère d'un des ados n'avait que 6 ans, rapporte Le Progrès.

Entendus par les policiers, les ados ne comprennent pas qu'ils ont commis quelque chose de grave, explique RTL. Pour eux, si la jeune fille n'a pas résisté et pas appelé à l'aide, c'est qu'elle était consentante. Les policiers ont retrouvé une adolescente choquée, timide, qui n'a pas su trouver les ressources pour dire non.

"C'est un jeu malsain de petit merdeux" résume un enquêteur cité par RTL.

"Rien ne permet en l'état de dire que ce viol était prémédité par les adolescents, qui ont profité de leur situation de force, sans avoir besoin de recourir à la violence physique" explique une autre source, citée par Le Progrès.

Les quatre agresseurs ont reconnu les faits et ont été mis en examen pour viol aggravé. Ils risquent jusqu'à 10 ans de prison. Les deux qui ont filmé peuvent être poursuivis pour complicité, comme dans les cas de happy slapping, note Le Parisien. D'autres convocations pour mise en examen attendent les spectateurs de la scène.

"Ce groupe n'était pas connu des services de police, ce n'étaient jusqu'alors pas des délinquants, estime le procureur de la République, cité par Le Parisien. Leur passage à l'acte est incompréhensible"



Sources : Le Progrès, RTL, Le Parisien
Samedi 7 Mai 2011 - 14:16





Nouveau commentaire :
Twitter