Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Un quart des habitants de la planète en 2050 seront Africains, selon l'ONU


Vendredi 14 Août 2015 modifié le Vendredi 14 Août 2015 - 08:13

La population africaine devrait représenter environ 25 % des habitants de la planète en 2050, contre 16 % de nos jours, selon une étude des Nations-unies sur l'évolution de la population mondiale.




La population africaine devrait représenter environ 25 % des habitants de la planète en 2050, contre 16 % de nos jours, selon une étude des Nations-unies sur l'évolution de la population mondiale. "Sur les 2,4 milliards d'habitants supplémentaires que doit compter la planète d'ici 2050, 1,3 milliard seront Africains, contre 900 millions d'Asiatiques", précise l'organisation internationale dans un rapport rendu public dernièrement.

Selon l'ONU, ils sont 7,3 milliards d'êtres humains à peupler la planète en 2015, un chiffre qui sera porté à quelque 9,7 milliards en 2050, parmi eux 2,5 milliards seront africains.

Le continent africain connaîtra en effet le taux de fécondité le plus élevé, tandis que la mortalité infantile continuera à décroître, si bien que 28 pays auront vu leur population doubler en 2050.

A l'horizon 2100, la croissance démographique sera encore plus spectaculaire. Les populations de dix pays africains, à savoir l'Angola, le Burundi, la République démocratique du Congo, le Malawi, le Mali, le Niger, la Somalie, l'Ouganda, la Tanzanie et la Zambie pourraient être multipliées par cinq à la fin du siècle.

Le pays le plus peuplé d'Afrique, le Nigeria, devrait voir sa population passer de 182 millions d'habitants actuellement à 400 millions d'habitants en 2050. S'il sera toujours loin derrière l'Inde et la Chine, chacun pesant plus d'un milliard de personnes, le Nigeria dépasserait ainsi les Etats-Unis (388 millions).

Mais cette forte croissance démographique devant marquer le continent est lourde de défis pour les gouvernements. "La concentration de la croissance de la population dans les pays les plus pauvres rendra plus difficile pour ces gouvernements d'éradiquer la pauvreté et l'inégalité, de combattre la faim et la malnutrition, de développer le taux de scolarisation et les systèmes de santé", relève l'étude.

L'ONU insiste en outre sur la nécessité de créer des opportunités d'emplois pour les jeunes en faveur d'une population africaine composée majoritairement de jeunes catégories.
Vendredi 14 Août 2015 - 08:12





Nouveau commentaire :
Twitter