Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Un attentat déjoué en France grâce à l'état d'urgence (Manuel Valls)


Vendredi 5 Février 2016 modifié le Vendredi 5 Février 2016 - 22:08




Un des projets d'attentats déjoués en France ces derniers mois l'a été "grâce à une perquisition administrative" menée dans le cadre de l'état d'urgence, a affirmé vendredi le Premier ministre Manuel Valls en défendant la constitutionnalisation de ce régime d'exception instauré après les tueries du 13 novembre.

"Les filières sont déstabilisées. De nombreux individus sont identifiés et placés sous surveillance. D'ailleurs, un des projets terroristes déjoués a pu l'être grâce à une perquisition administrative, menée dans le cadre de l'état d'urgence", a avancé le chef du gouvernement devant l'Assemblée nationale.

Le Premier ministre n'a pas précisé à la tribune à quelle affaire il faisait référence, mais selon des sources concordantes de l'AFP M. Valls visait l'arrestation, en décembre à Tours, d'un Tchétchène de 27 ans apparaissant dans une vidéo où il menaçait les policiers. Cet homme, qui avait été assigné à résidence après les attentats djihadistes du 13 novembre à Paris, a été mis en examen et placé en détention provisoire le 18 décembre pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste.

Au cours d'une perquisition administrative à son domicile, rendue possible par l'état d'urgence, les policiers avaient retrouvé une vidéo où il faisait allégeance à l'organisation djihadiste Etat islamique (EI), et une autre où il menaçait des policiers, selon une source proche de l'enquête. "Il avait manifestement l'intention de passer à l'acte", a indiqué une source gouvernementale, confirmant que le Premier ministre visait cette affaire.

Lors de sa garde à vue, l'homme n'a pas contesté avoir mis en ligne ses vidéos mais il a assuré qu'il n'avait aucune intention de passer à l'acte, selon les enquêteurs.

Cette procédure est l'une des trois enquêtes antiterroristes déclenchées après des perquisitions administratives dans le cadre de l'état d'urgence.
Vendredi 5 Février 2016 - 19:31

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter