Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Un Quick hallal au centre d'une vive polémique en France

Par Leila Madani


Vendredi 19 Février 2010 modifié le Samedi 27 Février 2010 - 13:37

Alors que ce marché, en pleine expansion s'installe dans la grande distribution, la chaine de restauration rapide Quick a lancé à titre expérimental la vente de hamburgers halal.
La décision dénoncée en premier lieu par l'extrême droite a provoqué un tollé général. La ville de Roubaix a déposé plainte pour discrimination contre le fast food. Les représentants de la communauté musulmanes tentent de calmer les esprits.




Un Quick hallal au centre d'une vive polémique en France
L'expérimentation lancée à la fin de l'automne et devant durer six mois, concerne Argenteuil en région parisienne, Marseille et Roubaix. Elle consiste, pour huit restaurants Quick sur 350, à ne servir que des hamburgers halal. L'opération suivait son cours normal jusqu'à l'intervention télévisée de Marine Le Pen.
La présidente du Front National s'en est pris à la chaine de restauration rapide qualifiant son concept d' « inadmissible » et estimant qu'il n'était pas « normal que l'on soit obligé de payer via cette viande halal, une taxe aux organismes islamiques de certification ».
C'est à ce moment qu'éclate la polémique. Des députés UMP jugent que cette offre représente une grave dérive communautariste, contraire aux principes républicains, et appellent au boycott du fast food.
Fer de lance de la contestation, le maire socialiste de Roubaix a déposé plainte en personne, au parquet de Lille ce jeudi. René Vandierendonck a l'intention de saisir la Halde (la Haute autorité de lutte contre les discriminations). Pour l'élu, l'offre halal en soi n'est pas génante. Ce qui l'est, c'est son aspect exclusif à caractère discriminatoire.
Des réactions auxquelles ne s'attendait pas la direction de Quick. Elle se défend en arguant du fait que seule la viande est certifiée, que les établissements test proposent en parallèle, un menu à base de poisson ou de fromage, et continuent à servir de la bière.


Le marché halal en France, plus qu'une une réalité sociale: une réalité de consommation.

La halal n'est plus la propriété de petits artisans. Ses références se multiplient dans les rayons de la grande distribution qui fait de plus en plus appel à des sacrificateurs musulmans. Ceux-ci remplacent pendant quelques heures par jour, les ouvriers employés par ces enseignes nationales. On estime à 3 Millions, le nombre de consommateurs de viande halal, réalisant à eux seuls 4 Milliards et demi d'euros de chiffre d'affaire. Une manne qui suscite bien des convoitises à défaut d'une réglementation .
C'est du reste ce que réclame le président de l'UOIF(Union des organisations islamiques de France). Fouad Alaoui insiste sur l'urgence de définir une véritable norme halal. Il regrette qu'une affaire purement commerciale ait provoqué autant de tapage. Le Recteur de la Mosquée de Paris Dalil Boubakeur lui, ne voit aucun mal à ce qu'une entreprise choisisse un créneau qui lui semble porteur. Quant à Mohammed Moussaoui, président du CFCM (Conseil Français du culte musulman) appelle à rester raisonnable. « Des restaurants qui ne servent que du Halal ou que du casher, ça existe depuis toujours ».
Il est vrai que de nombreux fast food indépendants proposent déjà de la viande halal. Mais Quick est la seule chaîne de restauration rapide à avoir choisi ce concept pour satisfaire une tranche d'âge qui constitue l'essentiel de ses clients: les plus jeunes.
Cette population souvent issue de la troisième génération, et pour qui la mention halal est importante, exprime de fortes attentes à l'égard des marques. Celles-ci doivent être capables d'une part de proposer des produits à forte valeur ajoutée, et d'autre part de répondre à leur génération et à leur mode de vie.

atlasinfo
Vendredi 19 Février 2010 - 11:55

Leila Madani




Nouveau commentaire :
Twitter