Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Un Américain et un Australien, professeurs, enlevés à Kaboul


Lundi 8 Août 2016 modifié le Lundi 8 Août 2016 - 09:53




Un Américain et un Australien, tous deux professeurs à l'Université américaine de Kaboul, ont été enlevés dimanche soir par des hommes armés en uniforme au coeur de la capitale afghane, derniers enlèvements en date ciblant des étrangers.

"Les deux professeurs étrangers ont été enlevés hier soir vers 20h20 (01h50 GMT) par des hommes armés dans le centre de Kaboul sur la route de Dar-ul-Aman", du nom de l'ancien palais royal, a indiqué à l'AFP un membre des services de sécurité refusant d'être nommé.

Selon cette source, les deux hommes se trouvaient à bord de leur voiture avec leur chauffeur et venaient de quitter l'enceinte de l'Université quand ils ont été interceptés par plusieurs hommes en armes qui les ont forcés à descendre.

"Nous préférons nous abstenir de tout commentaire pour ne pas entraver les efforts de la police afin de leur venir en aide", a ajouté ce responsable.

Une autre source a précisé que les assaillants, au nombre de quatre et circulant en 4X4, portaient des "uniformes des forces de sécurité afghanes" et qu'ils ont brisé les vitres de la voiture avec leurs armes avant d'en extraire de force les passagers.

Le chauffeur afghan, qui n'a pas été inquiété par les ravisseurs, a été emmené par la police pour être interrogé.

Le double rapt n'a pas été revendiqué, mais selon cet interlocuteur, il s'agirait d'un enlèvement de type "criminel" plus que politique.

Le professeur américain se trouvait à Kaboul "depuis environ deux ans" et l'Australien, "depuis une semaine environ", a-t-il précisé.

Aux Etats-Unis comme en Australie, les responsables contactés se sont montrés très prudents et réservés.

Une source au département d'Etat à Washington s'est contentée d'indiquer être "au courant des informations faisant état de l'enlèvement d'un citoyen américain à Kaboul. Mais pour des raisons de confidentialité, nous préférons nous abstenir de tout commentaire".

(Avec AFP)
Lundi 8 Août 2016 - 09:52





Nouveau commentaire :
Twitter