Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Turquie: La laïcité maintenue dans la nouvelle Constitution, assure Davutoglu


Mercredi 27 Avril 2016 modifié le Mercredi 27 Avril 2016 - 12:01




La laïcité sera conservée dans le projet de Constitution élaboré par les islamo-conservateurs au pouvoir en Turquie, a assuré mercredi le Premier ministre Ahmet Davutoglu après une vive controverse déclenchée par le président du Parlement qui s'y était déclaré hostile.

"Dans la nouvelle Constitution que nous préparons, le principe de laïcité figurera pour garantir la liberté de culte des citoyens et pour que l'Etat soit à égale distance de toutes les confessions", a déclaré M. Davutoglu lors d'un discours public à Ankara.

"Les principes fondamentaux de l'Etat ne sont pas un sujet de débat pour nous", a insisté le chef du gouvernement.

Plusieurs manifestations se sont déroulées mardi à travers la Turquie, parfois violemment dispersée par la police, pour dénoncer une sortie controversée du président du Parlement, Ismaïl Kahraman, appelant de ses voeux une "Constitution religieuse".

Ce responsable est membre du Parti de la justice et du développement (AKP, islamo-conservateur au pouvoir) du président Recep Tayyip Erdogan.

"En tant que pays musulman, pourquoi devrions-nous être dans une situation où nous sommes en retrait de la religion ? Nous sommes un pays musulman (...) Avant toute autre chose, la laïcité ne doit pas figurer dans la nouvelle Constitution", a dit M. Kahraman, suscitant immédiatement une levée de boucliers des milieux laïcs et de l'ensemble de l'opposition parlementaire.

L'AKP a également pris ses distances avec M. Kahraman: "Le président de notre Parlement a exprimé ses propres opinions", a ainsi réagi le président Erdogan, en visite en Croatie.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2002, l'AKP est accusé par ses détracteurs de vouloir islamiser la société turque.

Le parti a libéralisé le port du voile islamique, autrefois strictement interdit dans la fonction publique et les universités, suscitant l'ire des prolaïcs qui l'accusent d'effriter les principes mis en place par le fondateur de la Turquie moderne, Mustafa Kemal Atatürk.

Mercredi 27 Avril 2016 - 12:00

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter