Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Tunisie: un dissident de Nidaa Tounes crée son propre parti


Dimanche 20 Mars 2016 modifié le Lundi 21 Mars 2016 - 08:41

Un dissident de Nidaa Tounes, parti fondé par l'actuel chef de l'État tunisien Béji Caïd Essebsi, a lancé dimanche son propre parti quelques mois après avoir démissionné de cette formation qui était la première force du pays.




Tunisie: un dissident de Nidaa Tounes crée son propre parti
Mohsen Marzouk, qui était le secrétaire général de Nidaa Tounes, a annoncé devant des milliers de ses partisans rassemblés à Tunis sa nouvelle formation le "Mouvement du projet Tounes" dont la "plateforme est fondée sur la pensée moderniste" du père de l'indépendance Habib Bourguiba.

La nouvelle formation s'oppose au mouvement islamiste Ennahda, appelé selon M. Marzouk à faire la séparation entre la politique et la religion.

"Notre parti est ouvert aux femmes et au jeunes que nous appelons à participer activement à la vie politique et à assumer de hautes responsabilités" de direction, indique sa charte distribuée à la presse.

Nidaa Tounes est une formation hétéroclite née en 2012 et composée aussi bien de personnalités de gauche et de centre droit que d'anciens dignitaires du régime de Zine El Abidine Ben Ali.

Affaibli par le départ de Béji Caïd Essebsi, premier président démocratiquement élu de Tunisie, Nidaa Tounes a été secoué par une crise née d'une "bataille de succession" ayant opposé principalement M. Marzouk, et le fils du chef de l'Etat, Hafedh Caïd Essebsi.

La crise au sein de cette formation lui a fait perdre son statut de premier bloc parlementaire au profit de ses alliés islamistes d'Ennahda.

Après le départ d'un groupe de 22 députés dissidents ayant rejoint M. Marzouk, Nidaa Tounes ne compte plus que 64 députés, contre 69 pour Ennahda. Ce dernier devient en conséquence la première force à l'Assemblée des représentants du peuple.
Dimanche 20 Mars 2016 - 21:51

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter