Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Tunisie: un "coup d'Etat militaire" contre les islamistes avec le concours du pouvoir algérien?


Dimanche 8 Mai 2011 modifié le Dimanche 8 Mai 2011 - 07:51


L'ex-ministre de l'Intérieur du gouvernement tunisien de transition, Farhat Rajhi a suscité jeudi un vif émoi en dénonçant la préparation d'un « coup d'Etat militaire » dans le pays en cas de victoire des islamistes aux élections du 24 juillet. Le gouvernement transitoire tunisien a aussitôt condamné ces déclarations, soulignant qu'elles « portaient atteinte à l'ordre public ». L'ex-ministre a évoqué un possible main d'Alger dans la préparation de ce pronunciamento.




Tunisie: un "coup d'Etat militaire" contre les islamistes avec le concours du pouvoir algérien?
« Si le mouvement islamiste Ennahda gagne les prochaines élections, le régime sera militaire (...) », a affirmé M. Rajhi dans une vidéo postée sur Facebook dans la nuit de mercredi à jeudi, dont il a confirmé la teneur jeudi sur la radio tunisienne Express FM.

« Depuis l'indépendance (de la Tunisie), la vie politique est dominée par les gens du Sahel tunisien » comme les anciens présidents tunisiens Habib Bourguiba et Ben Ali et « après le changement de situation - ces gens ne sont pas prêts à céder le pouvoir. Si les résultats des prochaines élections vont contre leurs intérêts il y aura un coup d'Etat militaire », a-t-il ajouté.

« Le dernier voyage du Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi à Alger (le 15 mars) a consisté à se coordonner sur ce point », a-t-il encore accusé.

M. Béji était revenu d'Alger avec une aide de 100 millions de dollars consentie par le gouvernement algérien.

« La nomination, le 18 avril, du général Rachid Ammar au poste de chef d’état-major inter-armes n'est qu'une préparation à ce coup d'Etat », a encore affirmé M. Rajhi.

Le général Ammar jouit d'une très grande popularité depuis son refus en janvier de faire tirer sur les manifestants pendant le soulèvement contre le régime de Ben Ali.

M. Rajhi a maintenu jeudi ses propos, déclarant avoir « parlé spontanément et clairement » sur la radio privée tunisienne Express FM, affirmant ne « rien regretter ».

Il s'agit de « déclarations dangereuses venant d'un haut responsable qui a été ministre de l'Intérieur », a déclaré à l'AFP le porte-parole du Premier ministère Moez Sinaoui.

« Nous sommes étonnés de cette déclaration qui met en doute l'honnêteté de l'armée tunisienne et cela prouve qu'il n'était pas en mesure de diriger un ministère aussi important que le ministère de l'Intérieur », a-t-il estimé.

« Nous n'avons pas encore de position officielle sur la déclaration de M. Rajhi, mais je peux vous dire que nous faisons confiance à tous les éléments de l'Etat et à la population pour qu'ils respectent la volonté du peuple » , a déclaré à Reuters Nourdine Bhiri, membre du bureau exécutif d'Ennahda.

Un autre responsable d'Ennahda, Ajmi Ourimi, a déclaré à la radio tunisienne: « Le général Rachid Ammar (chef d'état-major) a promis au peuple tunisien qu'il protégerait la révolution et nous avons confiance que tout se déroulera dans un environnement paisible ».

Vendredi 06 mai, le gouvernement algérien n'a pas encore réagit à ces accusations. Le pouvoir algérien avait interrompu le processus électoral en janvier 1992 après la victoire des islamistes aux élections législatives de décembre 1991.

M. Rajhi avait été nommé ministre de l'Intérieur le 27 janvier, deux semaines après la chute du président Ben Ali avant d'être limogé le 28 mars sur proposition du Premier ministre Béji Caïd Essebsi.

Dès sa prise de fonctions, M. Rajhi avait limogé des dizaines de directeurs au sein du ministère, symbole du régime oppressif de Ben Ali, et pris le 6 février la décision historique de suspendre le parti du président déchu, le RCD (Rassemblement constitutionnel démocratique).

Dimanche 8 Mai 2011 - 07:47

(Source DNA)





1.Posté par mamadou samassa le 09/05/2011 14:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
slt cmt aller vs .

Nouveau commentaire :
Twitter