Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Tunisie: le départ du ministre des A.E intervient dans un contexte critique avec l'Italie


Lundi 14 Février 2011 modifié le Lundi 14 Février 2011 - 19:43

Le ministre tunisien des Affaires étrangères, Ahmed Ounaïes, a démissionné dimanche, pour s'être montré trop proche de Michèle Alliot-Marie mais aussi pour avoir nié la contribution populaire au renversement de Ben Ali. Une mauvaise nouvelle pour son gouvernement, confronté à une crise diplomatique face à l'Italie.




Tunisie: le départ du ministre des A.E intervient dans un contexte critique avec l'Italie
Cette démission a pour origine sa visite en France. Cet ancien ambassadeur à la retraite, âgé de 75 ans et qui a servi sous les présidences Bourguiba et Ben Ali, était devenu ministre des Affaires étrangères le 27 janvier.

Neuf jours plus tard, il s'était déplacé à Paris pour rencontrer Michèle Alliot-Marie, au quai d'Orsay. Alors que le ralliement tardif de l'Elysée avait fait grincer des dents outre-Méditerranée, Ahmed Ounaïes n'avait pas tari d'éloges sur son homologue française: "J'aime écouter Mme Alliot-Marie en toutes circonstances et dans toutes les tribunes", avait-il affirmé.

Les médias se sont alors déchaînés sur son sort. Le site d'informations Kapitalis a donné le ton dans un article où sont dénoncées "les courbettes diplomatiques" face à la France.

Le départ du ministre intervient dans un contexte critique.L'Italie s'apprête à demander le déploiement de policiers italiens en Tunisie pour tenter d'empêcher les nombreux départs d'immigrants clandestins depuis ce pays.

Quelque 5.000 clandestins sont arrivés à Lampedusa en cinq jours, pour la plupart des Tunisiens expliquant avoir fui un "pays à la dérive" comme en écho aux centaines de personnes qui manifestent tous les jours en Tunisie pour réclamer un emploi, un meilleur salaire ou un toit.

Lundi 14 Février 2011 - 19:35

Atlasinfo avec le JDD




Nouveau commentaire :
Twitter