Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Tunisie/crise: le début du "dialogue national" retardé


Samedi 12 Octobre 2013 modifié le Samedi 12 Octobre 2013 - 15:18




Tunisie/crise: le début du "dialogue national" retardé
Le démarrage du "dialogue national", censé débuter vendredi afin de résoudre la crise politique qui paralyse la Tunisie depuis juillet, a été retardé en raison d'un imbroglio autour de la composition de la commission indépendante électorale (Isie).

Le dialogue, inauguré solennellement le 5 octobre, devait débuter vendredi et lancer le compte à rebours pour la démission du gouvernement dirigé par le parti islamiste Ennahda. Mais les discussions préparatoires, qui ont commencé lundi, achoppent sur la question de l'Isie.

Le processus de nomination de la commission électorale, d'abord bloqué après l'assassinat du député d'opposition Mohamed Brahmi le 25 juillet, a ensuite été suspendu le 20 septembre par une décision du tribunal administratif.

L'Association tunisienne pour l'intégrité et la démocratie des élections (Atide), à l'origine de la saisine de la justice, conteste les modalités de sélection des candidats qui sont basées, selon elle, sur des "considérations partisanes".

Son président Moez Bouraoui, participant aux réunions préliminaires, a proposé soit de reprendre à zéro le processus des candidatures, ce qui prendrait plusieurs semaines, soit de remettre en selle la commission qui avait présidé à l'élection de l'Assemblée constituante le 23 octobre 2011.

Mais ses propositions ont été rejetées par les 21 partis engagés dans le "dialogue national", parrainé par le puissant syndicat UGTT, le patronat (Utica), l'Ordre des avocats et la Ligue des droits de l'Homme.

Aucune nouvelle date n'a été annoncée pour le démarrage du dialogue, qui repose sur une feuille de route destinée à régler l'ensemble des désaccords entre les islamistes au pouvoir et l'opposition qui réclame la démission du gouvernement depuis l'assassinat de M. Brahmi.

Selon le député Hichem Hosni, le dialogue national "ne peut pas démarrer effectivement avant de régler le problème juridique de l'Isie, qui constitue le premier point de la feuille de route". Cette feuille prévoit quatre semaines de négociations pour former un gouvernement indépendant après la démission du cabinet actuel.

Le nouveau gouvernement était censé être mis en route fin octobre selon le plan de sortie de crise qui prévoit en outre la finalisation de la Constitution fin novembre.


Samedi 12 Octobre 2013 - 15:06

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter