Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Tunisie : Ghannouchi charge le gouvernement d'organiser des élections "libres et transparentes"


Vendredi 18 Février 2011 modifié le Vendredi 18 Février 2011 - 15:51

Le Premier ministre tunisien, Mohamed Ghannouchi, a chargé le gouvernement provisoire d'organiser des élections "libres, transparentes, crédibles et sous la supervision d'observateurs internationaux".




Le Premier ministre tunisien, Mohamed Ghannouchi, le 1 janvier 2011 à Tunis
Le Premier ministre tunisien, Mohamed Ghannouchi, le 1 janvier 2011 à Tunis
Dans une interview, diffusée jeudi soir, par des chaînes de télévisions tunisiennes, M. Ghannouchi, a insisté sur la nécessité d'amender les lois, conformément aux exigences de la démocratie. Cette mission, a-t-il indiqué, sera du ressort de la commission supérieure de réforme politique qui a déjà engagé ses travaux.

Le Premier ministre a annoncé que l'amnistie générale sera édictée en fin de semaine afin que tous ceux qui ont été jugés sous l'ancien régime puissent recouvrer leurs droits civiques et politiques. M. Ghannouchi a indiqué qu'un nouveau ministre des Affaires étrangères sera nommé, ce vendredi, après la démission de l'ancien chef de la diplomatie étrangère, M. Ahmed Ounaies qui avait été critiqué par les médias tunisiens suites à ses déclarations lors de ses entretiens, tenus récemment, à Paris avec la chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie.

Par ailleurs, M. Ghannouchi a indiqué que son gouvernement veille à garantir le climat adéquat pour la réalisation de la complémentarité entre les volets politique, économique et social avant les prochaines échéances électorales, prévues l'été prochain. Les efforts du gouvernement seront orientés vers le développement de gouvernorats de l'intérieur à l'instar de Sidi Bouzid, Kasserine, Gafsa et le Kef, a-t-il dit.

Le Premier ministre a, en outre, relevé que plus 10.000 postes ont été perdus, à cause des incendies d'usines et de la fermeture d'autres, appelant l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) à contenir les dépassements enregistrées en matière de revendications sociales. La révolution ne vise pas l'augmentation des salaires mais plutôt celle de la dignité et de la liberté, a-t-il affirmé.

Evoquant la conférence internationale sur les réformes politiques et économiques prévue fin mars prochain, M. Ghannouchi a indiqué que cette, rencontre sera marquée par la présence de dirigeants des pays qui croient en la démocratie, la liberté de la femme et en les valeurs qui ont fondé la révolution populaire en Tunisie.




Vendredi 18 Février 2011 - 14:11

Atlasinfo avec MAP




Nouveau commentaire :
Twitter