Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





"Tu rentres dans le rang ou on te tue" : les SMS que l'Elysée aurait envoyés à Duflot


Vendredi 10 Juin 2016 modifié le Vendredi 10 Juin 2016 - 18:03

L'ancienne ministre du Logement raconte avoir reçu des menace de l'entourage proche de François Hollande après son départ du gouvernement.




"Tu rentres dans le rang ou on te tue" : les SMS que l'Elysée aurait envoyés à Duflot
La rupture entre François Hollande et Cécile Duflot ne s'est apparemment pas faite dans la sérénité. L'ancienne ministre du Logement raconte à France Info qu'un an après son départ du gouvernement, elle a reçu des textos menaçants de proches du chef de l'Etat.

Avril 2014, Manuel Valls remplace le Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Cécile Duflot quitte le ministère du Logement, après avoir annoncé qu'elle ne participerait pas à un gouvernement dirigé par le représentant de l'aile droitière du PS. Quelques mois plus tard, elle choisit de faire alliance avec le Front de gauche pour les élections départementales.

"Il faut qu'on te voie d'urgence" puis "Tu rentres dans le rang ou on te tue" : des proches de François Hollande auraient menacé Cécile Duflot de tuer sa carrière politique, si elle ne rentrait pas dans la ligne du gouvernement. Elle affirme avoir reçu ce texto le 21 janvier 2015, quelques mois avant les départementales.

"Dans 12 mois, je serai au chômage"


Pour l'ex-ministre, François Hollande est directement responsable de la crise qui traverse son parti, Europe Ecologie-les Verts. Duflot se montre critique vis-à-vis du gouvernement et devient la bête noire des proches du Premier ministre et du président. Jean-Marie Le Guen déclare qu'elle est "en voie de radicalisation". Cécile Duflot mettrait même le pays en danger, selon un ami de Manuel Valls, rappelle France Info.

Mais la députée de Paris ne veut pas rentrer "dans le rang". "Les gens n’ont pas compris que j’avais des convictions", explique-t-elle. Cécile Duflot craint que le Parti socialiste ne lui mette des bâtons dans les roues pour une probable réélection dans sa circonscription du 11e arrondissement de Paris : "Dans 12 mois, je serai au chômage". "Je ferai campagne et... ce seront les électeurs parisiens qui décideront", ajoute l'ancienne ministre sur Twitter.


Source L'OBSb[
Vendredi 10 Juin 2016 - 14:19





Nouveau commentaire :
Twitter