Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Tariq Ramadan: Benzema "maladroit", mais "il faut poser la question du racisme en France"


Jeudi 2 Juin 2016 modifié le Vendredi 3 Juin 2016 - 06:59

L'islamologue suisse Tariq Ramadan a qualifié jeudi de "maladroits" les propos de l'international de football Karim Benzema imputant sa non-sélection pour l'Euro à une forme de racisme en France, tout en estimant que le joueur avait "raison sur l'atmophère qui règne" dans ce pays.





Le sélectionneur Didier Deschamps a "cédé à la pression d'une partie raciste de la France", a lâché mercredi dans la presse espagnole Karim Benzema, non sélectionné pour l'Euro-2016 en France (10 juin-10 juillet). Les propos de l'attaquant du Real, d'origine algérienne, ont provoqué un tollé.

"Je ne pense pas que sur cette affaire, on puisse parler de racisme caractérisé", a réagi Tariq Ramadan sur les médias BFMTV et RMC. "Je pense que c'est maladroit."

"Il y a quand même un fait, quelque chose qui lui est reproché (...), et le sélectionneur doit penser à l'esprit d'équipe, à la cohésion", a poursuivi le théologien musulman.

Karim Benzema a été écarté de l'équipe de France à cause de son inculpation dans une affaire de chantage à la sextape contre un autre international, Mathieu Valbuena.

Mais, de manière "raisonnable", "il faut poser la question du racisme en France", a poursuivi Tariq Ramadan, pour qui "la question du racisme en France, elle est vis-à-vis des Arabes, elle est vis-à-vis des Noirs, elle est vis-à-vis des Roms".

"L'antisémitisme, l'islamophobie et tous les racismes doivent être refusés", a-t-il insisté. "Benzema a raison sur l'atmosphère" qui règne en France, a indiqué plus tard l'islamologue.

L'intellectuel suisse s'en est pris au Premier ministre Manuel Valls qui s'était lui-même prononcé contre la présence de Benzema en équipe de France, arguant qu'un "grand sportif devait être exemplaire". "Qu'est-ce que Valls a à dire sur le fait qu'on sélectionne Benzema ou pas ? Il a politisé l'affaire alors qu'il fallait laisser le sélectionneur s'occuper de ça", a-t-il jugé. (Source AFP)
Jeudi 2 Juin 2016 - 10:21





Nouveau commentaire :
Twitter