Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Syrie: l'opposition exige que ses "demandes humanitaires" soient satisfaites avant de négocier


Jeudi 28 Janvier 2016 modifié le Jeudi 28 Janvier 2016 - 22:18




L'opposition syrienne réunie à Ryad ne participera pas aux négociations indirectes avec le régime censées débuter vendredi à Genève sous l'égide de l'ONU, exigeant au préalable que ses "demandes humanitaires" soient satisfaites, a déclaré jeudi soir un haut responsable de l'opposition.

"Demain, nous ne serons pas à Genève. Nous pourrions nous y rendre (ultérieurement) mais nous n'entrerons pas dans la salle des négociations si nos demandes humanitaires ne sont pas satisfaites", a déclaré Riad Hijab, le coordinateur du Haut comité des négociations (HCN), sur la chaîne de télévision Al-Arabiya.

"L'opposition est disposée à se rendre à Genève si des mesures sont prises" pour un arrêt des bombardements des zones civiles et un accès aux zones assiégées, a expliqué M. Hijab, rappelant que ces mesures sont prévues par la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l'ONU.

Il a en outre affirmé avoir obtenu des assurances "par écrit" de l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, que les négociations de paix impliqueraient "exclusivement deux délégations: celle du HCN représentant l'opposition et celle du régime".

"Dix personnalités ont été invitées à titre personnel et en tant que conseillers de M. de Mistura", a-t-il encore dit en citant les assurances de l'émissaire onusien.

Il se référait à d'autres opposants syriens invités à Genève et dont la présence a été contestée par le HCN.

Ce dirigeant de l'opposition a d'autre part accusé le régime de Bachar al-Assad et ses alliés, "la Russie et l'Iran", de "ne pas oeuvrer pour une solution politique et une transition" en Syrie.

Il a affirmé que l'opposition "ne fera aucune concession au régime". "Ce que le régime n'a pas obtenu par les armes pendant cinq ans (...), il ne l'obtiendra jamais par la négociation".

Il a répété son exigence d'un départ du président syrien, affirmant que la guerre contre le régime se poursuivrait "tant que Bachar al-Assad est au pouvoir et tant que des forces étrangères seront présentes sur le sol syrien".
Jeudi 28 Janvier 2016 - 22:17

Source AFP




Nouveau commentaire :
Twitter