Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Syrie: Genève-2 "va se tenir" sans Bachar al-Assad et avec "l'opposition modérée" (Fabius)


Mardi 26 Novembre 2013 modifié le Mercredi 27 Novembre 2013 - 08:27




Syrie: Genève-2 "va se tenir" sans Bachar al-Assad et avec "l'opposition modérée" (Fabius)
La conférence de paix sur la Syrie, prévue par l'ONU le 22 janvier, "va se tenir" entre les représentants du régime, sans le président Bachar al-Assad, et avec l'opposition modérée, a déclaré mardi le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

"Genève-2 va se tenir, mais je rappelle que l'objet de Genève-2, ce n'est pas d'avoir une conversation de café du commerce sur la Syrie, c'est un consentement mutuel entre les représentants du régime - sans Bachar - et l'opposition modérée (pour) arriver à faire un gouvernement de transition doté de tous les pouvoirs", a dit le ministre à la radio France Culture.

"C'est très difficile mais c'est la seule solution qui permette à la fois de ne pas avoir M. Bachar al-Assad et de ne pas avoir les terroristes", a souligné M. Fabius. "C'est une position juste. Les Américains maintenant soutiennent cette positions. Tant mieux!" a-t-ajouté.

Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a estimé que la conférence de Genève serait "la meilleure occasion (...) de former un gouvernement de transition d'un commun accord".

Le médiateur de l'ONU, Lakhdar Brahimi, rencontrera une nouvelle fois le 20 décembre des responsables russe et américain pour préparer la conférence, et en particulier pour en choisir les participants.

Pour la France, "il importe à présent que chacune des parties à la conférence, le régime et l'opposition, forme une délégation unique pour participer", a précisé, lors d'un point de presse, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Romain Nadal.

"La Coalition nationale syrienne devra être au cœur et prendre la tête de la délégation de l'opposition", a-t-il réaffirmé, estimant qu'"il en va de la crédibilité de la conférence".

Pour Paris, le futur gouvernement de transition "devra constituer la seule source de légitimité et de légalité en Syrie. Lorsqu'il sera établi, Bachar Al-Assad ne devra plus jouer aucun rôle", a dit le porte-parole.

Mardi 26 Novembre 2013 - 14:17





Nouveau commentaire :
Twitter