Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





SwissLeaks: le président du Conseil de surveillance du Monde, Pierre Bergé, "réprouve les méthodes" des journalistes du "Monde"


Mercredi 11 Février 2015 modifié le Mercredi 11 Février 2015 - 12:58

Le président du conseil de surveillance du "Monde" se dit "déçu et triste" de la décision du journal de publier la liste des personnalités concernées par une affaire d'évasion fiscale.




Le président du Conseil de surveillance du Monde, Pierre Bergé, a "réprouvé" mardi les méthodes des journalistes de ce quotidien dans le scandale de fraude fiscale de HSBC Suisse, enquête sur laquelle un autre co-actionnaire
du Monde, Matthieu Pigasse, avait déjà émis des réserves.

"Ce n'est pas pour ça que je leur ai permis d'acquérir leur indépendance. Ce sont des méthodes que je réprouve", a déclaré M. Bergé dans une interview sur RTL.

"Je ne veux pas comparer ce qui se passe à des époques passées mais quand même, la délation, c'est la délation. C'est jeter en pâture des noms", a dit l'homme d'affaires.

"Cette histoire me met mal à l'aise, a ajouté Pierre Bergé. Il faut proscrire évidemment la fraude fiscale et punir les fraudeurs. Est-ce le rôle d'un journal de jeter en pâture le nom des gens ? C'est du populisme. C'est fait pour flatter les pires instincts".

Maccarthisme fiscal

Plus tôt dans la journée, Matthieu Pigasse, co-actionnaire du Monde et vice-président de la banque Lazard, avait demandé lui aussi à ne pas tomber dans la "délation", tout en se disant "fier" du travail d'investigation
"remarquable" réalisé par les journalistes.

"Il est vrai qu'il y a un juste équilibre à trouver entre le fait de divulguer des informations d'intérêt général, d'intérêt public" et le fait "de ne pas tomber dans une forme de maccarthisme fiscal et de délation", avait-il dit.

La filiale suisse de la banque HSBC est depuis lundi au centre d'un vaste scandale, plusieurs journaux assurant qu'elle avait aidé certains de ses clients, notamment de riches industriels et des personnalités politiques, à cacher des milliards de dollars pour leur éviter de payer des impôts.

Cette enquête, baptisée SwissLeaks, a été réalisée sur la base de fichiers de la banque HSBC Suisse, dont le siège est à Genève, volés en 2007 par un ancien employé de la banque, l'informaticien franco-italien Hervé Falciani.

Le Monde a eu accès en janvier 2014 à des centaines de milliers de données à déchiffrer, contenant des informations sur plus de 106.000 clients originaires d'environ 200 pays de la filiale suisse d'HSBC.

Les noms des clients reproduits lundi dans la presse sont notamment ceux de vedettes du show-business, et de chefs d'entreprise ou de leurs héritiers.

Ces noms n'étaient connus jusqu'à présent que par la justice et quelques administrations fiscales, même si certains éléments avaient déjà filtré dans les médias.




Mercredi 11 Février 2015 - 12:00

Avec AFP




Nouveau commentaire :
Twitter