Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Sénégal: vives protestations après une caricature de ''Jeune Afrique'' avec le fondateur du mouridisme


Vendredi 29 Janvier 2016 modifié le Vendredi 29 Janvier 2016 - 22:49

Le Sénégal a condamné "avec fermeté", vendredi, la publication par le journal ''Jeune Afrique'', d'une caricature avec la photo du Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké (1853-1927), fondateur de la confrérie soufie des Mourides, et exprimé "toute son indignation" face à cette "maladresse incompréhensible et inadmissible".




Dans un communiqué, le porte-parole du gouvernement, Seydou Guèye, a fait part de "la désapprobation, la colère de la communauté mouride, et au-delà, de tous les Sénégalais" à la suite de ce dessin, dont la version initiale montrait une photo de Cheikh Ahmadou Bamba.

"Le gouvernement du Sénégal exprime toute son indignation et condamne, avec fermeté, cette maladresse incompréhensible et inadmissible de la part d'un organe de presse qui s'identifie à l'Afrique et censé connaître, défendre et promouvoir la culture et les valeurs africaines", déclare M. Guèye.

Une caricature publiée jeudi par Jeune Afrique avec une photo du fondateur de la confrérie musulmane mouride du Sénégal a suscité une vague de protestations dans ce pays, poussant l'hebdomadaire à supprimer le dessin et le texte qu'il illustrait.

Le dessin controversé accompagnait un article sur une polémique au Sénégal autour du port par des hommes de sacs à main considérés comme féminins, suivant une mode lancée par un jeune chanteur, Wally Seck.

Tout en prenant acte des excuses présentées, vendredi, par Jeune Afrique, le Gouvernement du Sénégal assure qu'il prendra toutes les dispositions nécessaires, pour la protection de ses figures historiques, le respect de ses valeurs et convictions religieuses.

Le communiqué tient à rappeler que le vénéré Cheikh Ahmadou Bamba est un "Homme de Dieu, un symbole national, un patrimoine culturel mondial, dont les enseignements fondés sur la paix, le travail, le pardon, le respect de l'autre, le culte du savoir, ont inspiré et continuent à inspirer toute l'humanité".

Issu d'une lignée de marabouts, le fondateur de la Tariqa Mouridiya, également connu sous le nom de Khadimou Rassoul (serviteur du Prophète), s'est démarqué par sa farouche opposition à l'occupation étrangère, ce qui lui avait valu l'éloignement de son pays en 1895 vers le Gabon (1895-1902) puis en Mauritanie (1903-1907).
Vendredi 29 Janvier 2016 - 22:48





Nouveau commentaire :
Twitter