Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





Sécurité dans la région sahélo-saharienne: une conférence sur la lutte contre le terrorisme à Alger... sans le Maroc


Jeudi 18 Mars 2010 modifié le Jeudi 18 Mars 2010 - 19:39

Les représentants de sept pays africains évaluaient ensemble mardi à Alger la situation sécuritaire dans la région sahélo-saharienne où "le terrorisme et le crime organisé" constituent "des menaces réelles", selon le ministre algérien des Affaires étrangères.




Sécurité dans la région sahélo-saharienne: une conférence sur la lutte contre le terrorisme à Alger... sans le Maroc
Outre Mourad Medelci, ses homologues ou leurs représentants du Burkina Faso, du Tchad, de la Libye, du Mali, de la Mauritanie et du Niger participent à ces travaux, ces trois derniers pays ayant des frontières communes avec l'Algérie dans une zone où des groupes islamistes radicaux se réclamant d'Al-Qaïda sont actifs.

M. Medelci a mis en exergue la nécessité "d'un engagement sans faille et sans conditions" des pays réunis "dans la lutte contre le terrorisme" ainsi que "le devoir de solidarité (...) envers les populations les plus démunies".

“Une attitude d'exclusion”

Malgré sa frontière commune avec l'Algérie et la volonté d'un rassemblement autour de ce fléau, le Maroc n'a pas été invité à participer à cette réunion et déplore cette réaction négative de l'Algérie, soulignait mardi le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération dans un communiqué.

La même source rappelle que le Royaume du Maroc, "convaincu de la nécessité d'une démarche basée sur la conjugaison des efforts et la coordination des actions pour faire face aux défis sécuritaires régionaux, intimement liés à la paix et la stabilité de chacun des Etats de la région, avait exprimé, officiellement, sa disponibilité à prendre part à cette réunion et à contribuer activement à son succès et avait saisi, dans ce sens, le pays hôte, l'Algérie".

Communique: “Le Royaume du Maroc déplore la réaction négative des autorités algériennes et regrette cette attitude d'exclusion face à une menace pourtant commune et identifiée qui exige nécessairement une réponse concertée et collective au bénéfice de la consolidation de la paix et de la sécurité régionales et de la promotion du progrès et du développement dans toute la sous-région.”

atlasinfo
Jeudi 18 Mars 2010 - 19:31

réactualisé




Nouveau commentaire :
Twitter