Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Scandale à la FIFA : Credit Suisse soupçonné de transactions suspectes


Vendredi 30 Octobre 2015 modifié le Vendredi 30 Octobre 2015 - 20:46

La direction du géant bancaire Credit Suisse a indiqué avoir été contactée par les autorités helvétiques et américaines à propos d'éventuelles transactions suspectes de responsables de la FIFA, éclaboussée par un scandale de corruption sans précédent.




"La banque a été interrogée sur ses relations avec des dirigeants de la Fédération internationale de football. La grande banque coopère avec les autorités", a révélé l'établissement dans un rapport publié vendredi.

Les informations demandées par les enquêteurs devraient répondre à la question de savoir "si des transactions suspectes sont intervenues via des comptes détenus par des personnes ou des entreprises auprès de Credit Suisse", selon le rapport.

L'établissement n'est pas le seul à avoir été contacté par les autorités américaines et suisses dans les affaires de corruption au sein de la FIFA.

Durant l'été, plusieurs banques ont dû fournir des explications sur leur rôle dans le cadre des soupçons de corruption qui pèsent sur des fonctionnaires de la Fédération internationale de football. Credit Suisse n'avait alors pas souhaité commenter les articles de presse évoquant les demandes des enquêteurs.

Dans ses états financiers, la deuxième plus grande banque suisse indique qu'une partie de clients reprochent à un ancien conseiller financier d'avoir outrepassé son mandat de gestion, une affaire qui fait pour l'heure l'objet d'une enquête interne.

Credit Suisse doit faire face à une série de procédures judicaires concernant des investissements immobiliers aux Etats-Unis en lien avec la crise dite des "subprimes", de même qu'il bataille devant les tribunaux dans le cadre de l'affaire des manipulations du taux Libor.

L'enquête diligentée en suisse sur l'affaire de corruption de la FIFA porte sur les modalités d'attribution des Coupes du Monde de 2018 en Russie et de 2022 au Qatar, selon le procureur général de la Confédération, Michael Lauber, qui juge "très complexes" les investigations en cours.

"Notre équipe d'enquêteurs a pour l'instant rassemblé des éléments sur 104 relations bancaires et il faut savoir que chaque relation bancaire représente plusieurs comptes en banque", a-t-il déclaré.
Vendredi 30 Octobre 2015 - 14:42





Nouveau commentaire :
Twitter