Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Sarkozy: "Si Hollande prend une claque, qu'est-ce qu'il fait?"


Lundi 14 Avril 2014 modifié le Mardi 15 Avril 2014 - 09:14

La claque du PS aux municipales et la mauvaise cote de popularité de François Hollande font sourire son meilleur ennemi.




Pour Nicolas Sarkozy, la popularité de Manuel Valls (G) n'est qu'un trompe-l'oeil.
Pour Nicolas Sarkozy, la popularité de Manuel Valls (G) n'est qu'un trompe-l'oeil.
Malgré les récentes affaires et le scandale des écoutes téléphoniques, Nicolas Sarkozy a retrouvé le sourire. Selon Le Parisien, l'ancien président français a observé avec attention les élections municipales. "On n'avait pas vu ça depuis 1947 et la victoire du Rassemblement du Peuple Français du général de Gaulle", aurait-il confié, amusé.

En dehors du désaveu à l'égard des socialistes, c'est également une gifle pour François Hollande. "L'impopularité de Hollande n'est pas liée à la crise, c'est un rejet personnel. On n'a jamais vu des scores d'impopularité pareils", lâche un proche de Sarko dans Le Parisien, tandis que la cote du président français est tombée à 18% d'opinions favorables. "Hollande sera, comme Sarkozy, victime du quinquennat. Sept ans, ça donne le temps de se relever. Là, c'est foutu".

Et le remaniement ne devrait pas inverser la tendance. À ce titre, Nicolas Sarkozy a un avis partagé sur la promotion de Manuel Valls au poste de Premier ministre; selon lui, ces changements seront sans effets sur les européennes du 25 mai prochain. "S'il (Hollande) prend une claque, qu'est-ce qu'il fait? Les hommes, ça dure deux jours", a-t-il relevé, conscient de l'impact à court terme de la communication du nouveau gouvernement "de combat".

Pour lui, l'opinion favorable qui entoure Valls n'est "qu'un trompe l'oeil", même s'il dit respecter un homme à qui il avait proposé un poste de ministre en 2007 mais qu'il surnomme désormais avec ironie "l'homme le moins informé de France" pour avoir nié être au courant des écoutes téléphoniques.

À ce propos, les proches de Nicolas Sarkozy sont convaincus des effets bénéfiques de sa tribune parue dans le Figaro trois jours avant le deuxième tour des municipales. Selon eux, elle aurait dopé l'électorat de droite. Comme le précise Le Parisien, le principal intéressé se serait vanté d'avoir fait exploser les ventes. "122 % de ventes en plus! 355.000 visiteurs payants sur le site! Deux millions de mentions j'aime sur Facebook! S'il y a eu un impact, il ne peut pas être mauvais. Je fais une tribune, tout s'arrête...".

Ce qui fait dire à un fidèle. "Cela fait de lui de facto le chef de l'opposition". Qui sera très attentif aux résultats des européennes le 25 mai prochain.
Lundi 14 Avril 2014 - 23:52

Avec 7sur7




Nouveau commentaire :
Twitter