Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Salariés d'Air France arrêtés : Jean-Luc Mélenchon propose d'aller en prison à leur place


Mardi 13 Octobre 2015 modifié le Mardi 13 Octobre 2015 - 13:31

Au lendemain de l'arrestation de six salariés d'Air France soupçonnés de violence contre le DRH de l'entreprise, Jean-Luc Mélenchon ne cache pas sa colère. "C'est une honte. Ce ne sont pas des voyous, ce sont juste des gens qui ont pris la défense de leur emploi", affirme-t-il sur BFMTV et RMC.




Invité de BFM TV ce mardi matin, le leader du Parti de gauche a qualifié «d'abus» le fait que la police soit allé chercher les salariés chez eux à l'aube et rejeté la responsabilité sur le gouvernement. «On est allé les chercher comme des bandits (...) Manuel Valls quand il a dit "c'est des voyous", on ne l'a pas entendu parler comme ça de Cahuzac. Le seul voyou qu'il y a là dedans, c'est celui qui parle comme ça.»

Très remonté, Jean-Luc Mélenchon a regretté que «tout soit permis quand il s'agit des gens simples». L'ancien candidat à la présidentielle voit dans ces arrestations «une opération de com'. C'est monté de toute pièce. Il faut faire peur aux salariés pour que d'autres n'aient pas l'idée de faire tomber la chemise». «Ils ont bien fait de ne pas se laisser faire», a-t-il lancé, évoquant «la violence de ce PDG».

Plusieurs fois, il a répété que «pour l'instant, ce n'est que la chemise», en allusion au vêtement déchiré du DRH d'Air France. «C'est une honte, a-t-il insisté au sujet des arrestations. Moi je dis aux gens "recommencez, il ne faut pas céder"». Enfin, insistant sur l'humiliation subie par les salariés et la «peur du lendemain» ressentie par les familles concernées par le plan social, Jean-Luc Mélenchon est allé jusqu'à dire qu'il voulait «bien aller en prison avec» les salariés arrêtés. «Je veux bien y aller à leur place, a-t-il martelé. Qu'est ce qu'ils ont fait pour mériter ça, ils ont défendu leur droit à leur existence.»

Lundi déjà, plusieurs responsables de gauche ont exprimé leur colère après l'arrestation des salariés d'Air France. Pierre Laurent, Cécile Duflot mais aussi Eric Coquerel, du Parti de gauche, ont publiquement désapprouvé ces méthodes.

Mardi 13 Octobre 2015 - 10:33





Nouveau commentaire :
Twitter