Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Salah Abdeslam a convoyé les auteurs des attentats de Paris, selon un complice présumé


Mardi 5 Juillet 2016 modifié le Mardi 5 Juillet 2016 - 01:32




Mohamed Abrini
Mohamed Abrini
Salah Abdeslam "est allé chercher" les jihadistes impliqués dans les attentats du 13 novembre à Paris pour les déposer "dans les planques", aurait affirmé lors de ses premières auditions Mohamed Abrini, mis en cause dans ces attentats et ceux du 22 mars à Bruxelles, selon l'agence Belga.

"Ce que je sais de Salah, c'est qu'il est allé chercher presque toutes les personnes impliquées dans les attentats de Paris et qui venaient de Syrie", aurait-il déclaré aux enquêteurs belges en avril dernier, selon des PV d'audition consultés par la chaîne de télévision flamande VTM Nieuws, repris par Belga.

"Je sais que Salah allait chercher ces gens et les déposait dans les planques" d'où sont partis les auteurs des tueries de Paris, qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés, aurait-il ajouté

"Je le sais car j'ai dormi avec eux dans les appartements et j'y ai appris beaucoup de choses", aurait également dit celui qui a reconnu être "l'homme au chapeau", visible sur les caméras de surveillance de l'aéroport de Bruxelles le 22 mars, peu avant que deux kamikazes actionnent leur gilet explosif.

32 personnes sont mortes ce jour-là à l'aéroport et dans le métro de Bruxelles.

Arrêté en Belgique le 8 avril, Mohamed Abrini est soupçonné d'avoir joué un rôle de premier plan à la fois dans les attentats de Bruxelles et dans la préparation de ceux du 13 novembre 2015 à Paris. Soumis à un mandat d'arrêt européen, il sera remis aux autorités françaises, mais pas "dans l'immédiat", a précisé la justice belge.

Interpellé le 18 mars en Belgique après une cavale de quatre mois, Salah Abdeslam a quant à lui été transféré en France le 27 avril et inculpé pour assassinats à caractère terroriste. Depuis, il est incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis, près de Paris, et a exercé son droit au silence devant les juges d'instruction français.

(AFP)
Mardi 5 Juillet 2016 - 00:05





Nouveau commentaire :
Twitter