Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Sahara occidental : le Maroc garde la main


Mercredi 15 Mai 2013 modifié le Mercredi 15 Mai 2013 - 17:42

Une maladresse américaine a failli réveiller le conflit entre le Maroc et l'Algérie. Le Roi et François Hollande ont sifflé la fin de la récréation.




Depuis 1976, le Sahara occidental est en proie à un conflit opposant les indépendantistes sahraouis du Front Polisario au Maroc, qui revendique sa souveraineté sur l'ensemble du territoire. L'Algérie, qui soutient et arme le Front Polisario, cherche de longue date une ouverture sur l'océan Atlantique. Pendant que tous les regards étaient braqués sur le Mali ou sur les répliques que connaissent la Tunisie, la Libye ou l'Égypte après leurs "printemps" s'est joué en coulisses un discret bras de fer sur le statut juridique de ce territoire de plus de 260 000 kilomètres carrés.
La représentante américaine au Groupe des amis du Sahara avait proposé aux autres membres (Grande-Bretagne, Espagne, Russie et France) une résolution qui tendait à inclure des questions liées aux droits de l'homme dans le mandat de la Minurso, la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental. Rabat, qui n'avait pas été mis au courant, a immédiatement dénoncé cette volte-face qui visait directement le royaume chérifien.
Fait rare au Maroc, le roi Mohammed VI s'est personnellement saisi du dossier et a manifesté son mécontentement en annulant le mois dernier des manoeuvres militaires conjointes entre son pays et les États-Unis. Il a obtenu l'appui de toutes les tendances politiques du royaume, y compris celles qui réclament plus de pouvoirs diplomatiques pour les partis sortis vainqueurs des élections.

Efforts "sérieux et crédibles" pour trouver un règlement

Les autres membres du Groupe des amis du Sahara n'ont finalement pas tardé à prendre leur distance avec l'initiative américaine. S'appuyant sur une déclaration de Tiéman Coulibaly, ministre des Affaires étrangères du Mali, qui affirmait début février que des combattants issus des rangs du Polisario avaient été repérés au Nord-Mali, les puissances occidentales ne voulaient pas déstabiliser un peu plus encore une région fragile et dans laquelle le Maroc fait figure d'îlot de stabilité. Même si, depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu de 1991, le statut final du Sahara occidental reste à déterminer, les "grandes puissances" puis le Conseil de sécurité de l'ONU, dans une résolution votée à l'unanimité le 25 avril 2013, ont réaffirmé la prééminence de l'initiative d'autonomie présentée par le Maroc. Le texte onusien réaffirme que le statu quo actuel est inacceptable et qu'il faut trouver une solution au différend qui oppose le royaume chérifien à l'Algérie. Mohamed VI peut même se prévaloir des efforts "sérieux et crédibles" consentis par son pays pour trouver un règlement à la question du Sahara occidental.
Non moins importants furent les propos tenus par François Hollande lors de sa visite à Tanger et Rabat début avril dernier. Le chef de l'État a réaffirmé sa position "ferme et sans équivoque" en faveur du plan marocain d'autonomie au Sahara. Il a également ajouté : "Le Maroc accomplit chaque jour des pas décisifs vers la démocratie, conduit de façon cohérente son développement, assure son unité fondée sur la reconnaissance des diversités." Mieux, il a remis à l'honneur le plan présenté en 2007 par le Maroc qui préconise une large autonomie dans le cadre de la souveraineté du royaume alaouite. "Je le redis ici, c'est une base et sérieuse et crédible en vue d'une solution négociée." Ce projet, désormais soutenu par la France, l'Espagne ainsi que la majeure partie des pays de la Ligue arabe, semble être le seul.
Un pas a donc été franchi dans le règlement de ce conflit oublié qui, à intervalles réguliers, menace de se réveiller. La balle est désormais dans le camp des Sahraouis et de leur allié algérien. Pourront-ils longtemps continuer de faire la sourde oreille aux diplomates qui prônent le réalisme, refusent d'exercer la moindre pression sur Rabat et rappellent les propos tenus par Peter van Walsum, l'envoyé spécial du secrétaire général de l'ONU dans la région, qui avait affirmé qu'un "Sahara occidental indépendant n'était pas une proposition réaliste" ?

Mercredi 15 Mai 2013 - 17:39

Source: Le Point




Nouveau commentaire :
Twitter