Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr





SMAP IMMO 2010 : le plus grand salon en Europe de l'immobilier marocain

Conférence débat avec M .Mohamed Ameur, Ministre chargé de la Communauté Marocaine résidant à l’étranger.


Dimanche 23 Mai 2010 modifié le Lundi 24 Mai 2010 - 16:23




SMAP Immo édition 2009
SMAP Immo édition 2009
De plus en plus, l’envie d’acquérir un bien immobilier au Maroc se répand. Le souhait sans doute pour beaucoup de Marocains résidant à l’étranger d’être aux premières loges des transformations en cours dans le pays d’origine et pour certains Français (sans origine marocaine) de s’assurer une retraite au soleil avec tout le confort que l’on connait. Tout cela pour dire qu’il n’y a pas de visiteur type du SMAP Immo Paris qui a accueilli près de 48 500 personnes l’an dernier, dont un tiers (32 %) envisageait un achat dans l’année. Cette année le SMAP est placé cette année sous le signe de l’excellence et de la performance. Fini le temps où le Salon du Maroc à Paris, encore dans ses balbutiements, se tenait au Parc des expositions du Bourget situé en périphérie de Paris, moins bien desservi que le prestigieux Parc des expositions de la Porte de Versailles, conçu pour des salons de cette envergure. Sur 15.000 m2 de surface, 140 exposants de toutes les régions du Maroc mettent en vitrine l’offre immobilière la plus complète et la plus diversifiée du marché. Un rendez-vous incontournable, une aubaine pour la diaspora marocaine et les amis du Maroc.

Il réunit en effet les Marocains résidant à l’étranger de génération et de catégories socioprofessionnelles diverses. On observe depuis deux ans un rajeunissement des visiteurs et un nombre de plus en plus croissant d’Européens, près de 8.000 investisseurs français lors de l’édition 2009.

Une autre tendance se fait jour, la fidélisation à long terme des investisseurs. Ceux qui ont investi au Maroc dans le passé n’hésitent pas à acquérir un nouveau bien

Toute la variété des activités du royaume y est présentée: l’économie, l’immobilier, le tourisme, la culture, l’art de vivre etc…. Les acheteurs potentiels sont conseillés par des promoteurs, des constructeurs, des agents immobiliers, des financiers. Le secteur bancaire est représenté par 11 banques , dont 4 françaises. Un dialogue direct et clair visant à simplifier les procédures. C’est l’un des salons de l’immobilier les plus fréquentés de France et même au-delà. Il s’exporte dans les grandes villes européennes, Barcelone, Milan et Bruxelles avec les mêmes priorités, l’information et le confort du public.

Pour satisfaire ce dernier, les opérateurs ont considérablement élargi leur offre. La diversité géographique et le large éventail des prix en matière immobilière n’a jamais été aussi important. La quasi-totalité du territoire marocain est couverte, les villes impériales, balnéaires, la région Nord, le Souss, l’oriental et la demande du marché toujours en hausse.

Le SMAP Immo Paris qui répond incontestablement à un besoin constitue également une plate-forme d’échanges. C’est aussi un cycle de conférences permettant aux professionnels de l’immobilier et aux visiteurs de s’exprimer et de s’informer. Les intervenants ne sont pas des moindres.

Six ministres sont conviés pour cette édition 2010. Parmi eux Mohamed Ameur Ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de la Communauté Marocaine résidant à l’étranger. Il a détaillé la stratégie du gouvernement pour  accompagner et servir la CMRE avant d’aborder les moyens d’action de cette stratégie s'articulant autour de trois grands axes :

« l'accompagnement des nouvelles générations dans la préservation de leurs liens avec leur pays d'origine
la défense des intérêts des « Marocains du Monde » et la promotion de leur situation juridique, sociale et humaine, aussi bien au Maroc que dans les pays d'accueil
l'optimisation de leur contribution au développement économique, social et humain du Maroc et leur implication dans la gestion de la chose publique et dans les chantiers du développement humain ».

L'action s’effectue sur le plan culturel d'abord. M. Mohammed Ameur a évoqué la création de centres culturels marocains à l'étranger (Bruxelles, Barcelone, Mantes-la-jolie, Montréal, Tunis, Tripoli) ainsi que l'encouragement des partenaires culturels avec les municipalités (Séville Valence Algésiras). Le ministre chargé de la Communauté Marocaine résidant à l’étranger mentionne  d'autres initiatives comme les Universités des jeunes chaque été ou l'organisation de voyages au Maroc au profit de jeunes MRE et de leurs camarades de classe.

Sur le plan social, il met en avant un point crucial de leurs préoccupations : la prise en charge du transfert des dépouilles. L’octoi d'un millier de bourses annuellement pour les étudiants démunis, la baisse des taxes de dédouanement des voitures des retraités, le renforcement des capacités humaines et financières des associations des MRE consacrées au domaine du social.

Dans le volet économique M. Mohammed Ameur rappelle la mise en place du fonds « MDM Invest », un système sur la base d’ un apport en fonds propres et en devise de 25% , bénéficiant d’une subvention de l'Etat de 10% ,et d’un crédit bancaire de 65%.Ajouter à cela un partenariat maroco-français pour l'accompagnement financier de la création de 1.000 PME de MRE au Maroc pendant trois ans,  ainsi qu'une extension de la garantie « Damane Assakane ».

Le volet juridique n'est pas en reste. « Le cadre conventionnel liant le Maroc aux pays d'accueil pour la préservation des droits des MRE  a été mis à jour et le dispositif de veille juridique renforcé de deux magistrats permanents pour l'écoute et l'orientation des Marocains résidant à l’étranger» a précisé le ministre, qui a mis en exergue le traitement personnalisé des requêtes des MRE et la convention avec « Diwan Al Madalim pour leur suivi.

Quand aux progrès sur le plan administratif, on note la mise à niveau du ministère chargé de la communauté ainsi que la création d’une nouvelle structure : « la maison du MRE », pour une gestion de proximité des intérêts des expatriés et de leurs familles. Deux sont déjà opérationnelles à Beni Mellal et Nador et quatre autres en projet.  

Pour M.Ameur il faut en conclure que « les mutations de la communauté exigent une politique rénovée. Les enjeux appellent une approche pérenne, dépassant le traitement saisonnier ». Il met l’accent sur la nécessité d'un partenariat Maroc/ Pays d'accueil et sur la participation de la jeunesse au processus d'intégration des pays de résidence, tout en gardant des liens avec le Maroc.

Dimanche 23 Mai 2010 - 17:34

Leïla Madani




Nouveau commentaire :
Twitter