Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques
Atlasinfo.fr Atlasinfo.fr

atlasinfo.fr
 








Ryad accuse Téhéran de "saboter" les efforts de réglement au Yémen


Dimanche 29 Octobre 2017 modifié le Lundi 30 Octobre 2017 - 22:17




L'Arabie saoudite a accusé dimanche l'Iran d'empêcher toute solution politique au Yémen et d'attiser le conflit par l'envoi d'armes aux rebelles houthis qui contrôlent la capitale Sanaa et le nord du pays.

"Les rebelles (houthis) n'auraient pas pu poursuivre leurs exactions sans le soutien du plus grand parrain mondial du terrorisme qu'est le régime iranien", a déclaré le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir.

"L'Iran envoie des armes de contrebande aux Houthis et à leurs alliés", les partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, "et sabote tous les efforts pour une solution au Yémen, ce qui a fait échouer les négociations politiques entre le gouvernement légitime et ces milices", a ajouté le ministre.

M. Jubeir s'exprimait à l'ouverture à Ryad d'une réunion des membres de la coalition militaire sous commandement saoudien qui intervient au Yémen contre les rebelles.

De son côté, le ministre yéménite des Affaires étrangères Abdel Malek al-Mekhlafi a affirmé que les rebelles avaient "un projet confessionnel inspiré par l'Iran". Les rebelles "ne choisiront la paix que si on bloque la main qui les manipule", a-t-il ajouté.

Selon lui, le "dessein iranien consiste à renverser le gouvernement légitime et à le remplacer par un gouvernement qui tourne dans le giron de l'Iran dans le cadre d'une stratégie pour soumettre l'ensemble de la région à l'influence iranienne".

Les autorités iraniennes, sans cacher leur sympathie pour les rebelles yéménites, nient les soutenir avec des armes.

Le chef d'état-major de l'armée saoudienne, le général Abdel Rahmane ben Saleh al-Banyane, a dit que les "pertes des (membres de la coalition au Yémen) sont le résultat d'un soutien sans limite de l'Iran" aux rebelles houthis.

Le gouvernement yéménite du président Abd Rabbo Mansour Hadi contrôle désormais, grâce à la coalition, "85% du territoire", a affirmé ce général.

Selon lui, la coalition mène ses opérations avec "professionnalisme pour préserver les civils, conformément au droit humanitaire international".

"Nous ferons évoluer les règles d'engagement en tenant compte des résultats des enquêtes" sur les bavures attribuées à la coalition, a-t-il assuré.

Devant les pertes civiles occasionnées notamment par les raids aériens de la coalition, le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU a décidé le 29 septembre d'envoyer des experts internationaux chargés d'enquêter sur les allégations de crimes de guerre au Yémen.

Selon Ryad, la coalition, conduite par l'Arabie saoudite, comprend 12 autres pays: Emirats arabes unis, Bahreïn, Koweït, Egypte, Soudan, Djibouti, Maroc, Jordanie, Malaisie, Pakistan, Sénégal et Yémen.

Mais à part l'Arabie, les Emirats et le Soudan, peu de membres participent effectivement aux opérations.

La guerre au Yémen oppose des forces gouvernementales, qui ont été chassées en septembre 2014 de Sanaa, aux rebelles houthis, issus de la minorité zaïdite (branche du chiisme) très présente dans le nord.

En mars 2015, les forces gouvernementales ont reçu le soutien de la coalition emmenée par Ryad et les combats et les raids aériens n'ont pas cessé depuis.

Selon l'Organisation mondiale de la santé, le conflit a fait plus de 8.650 morts et quelque 58.600 blessés, dont de nombreux civils. (afp)
Dimanche 29 Octobre 2017 - 16:07





Nouveau commentaire :
Twitter