Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Réunion de haut niveau Maroc-France les 12 et 13 décembre à Rabat


Mardi 27 Novembre 2012 modifié le Mercredi 28 Novembre 2012 - 12:36




Réunion de haut niveau Maroc-France les 12 et 13 décembre à Rabat
La prochaine réunion de haut niveau maroco-française, prévue les 12 et 13 décembre à Rabat, sera l'occasion de construire de nouveaux éléments de coopération bilatérale mutuellement bénéfique. Telle est la quintessence du message livré unanimement par une pléiade de hauts responsables français lors d'un débriefing avec des journalistes marocains en prévision de cette réunion.

Les responsables français n'ont pas tari d'éloges sur la densité, la profondeur et le caractère continu des relations maroco-françaises, au-delà des alternances au gouvernement, en France comme au Maroc.

Il y a, au sein des institutions françaises, une volonté inébranlable de construire de nouveaux éléments de coopération avec le Maroc et d'accompagner le Royaume dans le processus d'évolution qui est le sien et ce, à la faveur des réformes politiques et économiques engagées depuis longtemps, ont-ils affirmé.

Il y a aussi un ''engagement très fort'' de la France envers le Maroc et une détermination ferme de donner corps à une ''nouvelle composante'' à la relation bilatérale, sous l'impulsion des changements au Maroc et dans la région sud-méditerranéenne.

A ce propos, la présidente de la commission des Affaires étrangères à l'Assemblée nationale française, Elisabeth Guigou, a indiqué que le processus de réformes institutionnelles au Maroc s'est déroulé ''de manière remarquable'', saluant au passage l'engagement du gouvernement marocain à donner une ''forte impulsion'' aux mesures de lutte contre la corruption et de transparence en matière d'accès à la fonction publique.

Pour leur part, des responsables diplomatiques à Paris ont souligné le caractère ''sain'' des relations maroco-françaises auxquelles contribuent densément le secteur privé, ce qui est de nature, selon eux, à les immuniser contre les effets éventuels d'un changement du pouvoir politique.

Le Maroc étant destinataire du quart des aides à la coopération française réservées à la région Moyen Orient-Afrique du nord, la France a tout intérêt à accompagner le Maroc dans ses efforts de réformes et de développement durable et à le conforter dans son ouverture sur les plans politique et économique, ont-ils insisté.

Le premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, fera le déplacement au Maroc pour explorer avec le chef du gouvernement Abdelilah Benkirane les moyens d'approfondir davantage les liens bilatéraux dans des secteurs porteurs.

Les responsables français ont explicité, à ce sujet, le nouveau concept de colocalisation que compte défendre à Rabat le premier ministre français. Il s'agit, selon eux, d'une alternative innovante aux délocalisations "douloureuses" d'entreprises françaises hors de l'Hexagone.

Les partenariats de colocalisation sont destinées à créer des chaînes de valeurs partagées entre le Maroc et la France, sans pour autant affecter la stabilité du marché de l'emploi en France, qui plus est, dans un contexte de crise et sans générer non plus des emplois de seconde zone pour les jeunes marocains.

Jean-René Fourtou, président du Conseil de surveillance du géant français de la communication et du divertissement Vivendi, s'est inscrit dans la même logique de continuer à renforcer et diversifier la présence des entreprises françaises au Maroc, mettant en avant le caractère ''irréversible'' de cette présence, puisque 38 sociétés du CAC 40 sont implantées dans le Royaume.

Et Fourtou de révéler deux gages qui ne trompent pas sur la volonté du secteur privé français de consolider sa présence dans le Royaume: D'abord la rencontre d'affaires en marge de la réunion de haut niveau à Rabat se tient sous le thème ''un partenariat d'exception pour une compétitivité partagée''. Ensuite, les patronats marocain et français ont ficelé les dossiers sectoriels qui seront soumis aux responsables politiques.

Des sous-groupes constitués pour l'occasion ont planché sur les principaux secteurs à explorer : Infrastructures, transport, énergies renouvelables, tourisme, agriculture, aéronautique, automobile, ressources humaines et formation notamment.

En somme, assurent les responsables français, la réunion de haut niveau sera un ''événement structurant'' de la relation entre le Maroc et la France et une occasion de souligner son caractère ''dense et stratégique'' à tous les niveaux.



Mardi 27 Novembre 2012 - 18:04





Nouveau commentaire :
Twitter