Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Rapatriement de 16.000 Marocains de Libye depuis 2011


Samedi 16 Août 2014 modifié le Samedi 16 Août 2014 - 01:19




Près de 16.000 ressortissants marocains ont été rapatriés depuis le début des hostilités en Libye en 2011, a-t-on annoncé auprès du ministère chargé de la communauté marocaine résidant à lôétranger et des affaires de la migration.

Selon la même source, quelque 12.000 ressortissants marocains ont été rapatriés à la charge de l'Etat avec l'encadrement du ministère de tutelle, du Ministère des Affaires étrangères et de la coopération (MAEC), des consulats du Royaume à Tunis, Tripoli et Bengazi, de l'Ambassade du Royaume en Egypte, de la Fondation Mohammed V pour la Solidarité et de la compagnie Royal Air Maroc, alors que 4.000 autres ont quitté le pays par leurs propres moyens.

En termes de logistique, près de 5.888 personnes ont quitté le pays par voie maritime via les ports de Mesrata, Tripoli et Benghazi, 3.851 autres à travers des vols depuis Tripoli, 1.926 à bord de vols spéciaux depuis Jerba et Sebha, 2.400 autres via la Tunisie, 322 via l'Egypte et 106 autres via d'autres pays arabes et européens.

Le ministère a rappelé que suite à la dégradation de la situation sécuritaire en Libye, une cellule de crise, composée des différents Départements ministériels concernés, a été mise en place le 1-er août dernier au siège du MAEC afin d'assurer le suivi de la situation des ressortissants marocains dans ce pays.

Cette cellule est chargée, en coordination avec les services diplomatiques et consulaires du Royaume du Maroc en Libye et en Tunisie, de mettre en place des actions d'intervention d'urgence et d'assistance en faveur des citoyens marocains, précise la même source, notant que quatre numéros de téléphone ont été mis à la disposition des Marocains résidant en Libye et des membres de leurs familles au Maroc pour leur permettre d'être informés de manière régulière sur le développement de la situation dans ce pays.

Ainsi, souligne le ministère, la cellule a reçu 1.500 appels à l'aide de la part des Marocains résidant en Libye et de membres de leurs familles, notant qu'il a été procédé, dans ce cadre, au renforcement de la fréquence des vols aériens de la RAM entre Tunis et Casablanca, à l'augmentation de la capacité d'accueil à travers l'utilisation d'appareils plus grands, ce qui a permis le rapatriement de Tunisie de 152 ressortissants marocains, tandis que 91 autres le seront prochainement.

Une cellule de crise a également été créée à Tripoli pour accueillir les ressortissants marocains et leur fournir l'aide nécessaire, ajoute la même source, notant que ladite cellule a reçu 2.500 demandes de rapatriement de Tripoli et 400 autres de Benghazi.

De plus, un fonds financier a été mis à disposition au niveau du Consulat général du Maroc à Tripoli pour aider les Marocains en difficulté financière, en coordination avec les services consulaires et le bureau de la RAM, en vue de faciliter l'achat de billets pour 270 ressortissants marocains à des prix abordables et faciliter leur transit via le passage frontalier de Ras Jedir.

Et d'ajouter qu'une cellule de crise a été créée à Ras Jedir dans l'objectif de porter assistance aux membres de la communauté marocaine résidant en Libye et de coordonner avec les autorités libyennes et tunisiennes afin de faciliter l'évacuation des ressortissants marocains détenteurs de billets d'avion mais encore bloqués au niveau de ce passage frontalier.

D'autres mesures ont porté sur la réouverture de l'annexe de la RAM au niveau de Ras Jedir pour la vente, à des prix raisonnables, de billets pour les Marocains désireux de retourner au Maroc via la Tunisie et sur le transfert des ressortissants vers l'aéroport international de Carthage.

S'agissant des difficultés entravant le rapatriement collectif des ressortissants marocains, le ministère a notamment évoqué la destruction des infrastructures au niveau des ports et des aéroports libyens et la poursuite des combats entre les groupes armés libyens pour le contrôle des infrastructures vitales.

Le ministère a également évoqué l'absence d'une autorité centrale et d'un tissu associatif marocain actif dans le domaine social pour aider les consulats marocains dans leur tâche d'évacuation, la fermeture des frontières devant les ressortissants qui n'ont pas de billet de voyage, outre l'apparition des réseaux spécialisés en vente de faux billets d'avion et en escroquerie.

Samedi 16 Août 2014 - 01:18





Nouveau commentaire :
Twitter