Atlasinfo.fr: l'essentiel de l'actualité de la France et du Maghreb
Rubriques




Racisme: cette erreur qui embarrasse la Maison-Blanche


Dimanche 25 Juillet 2010 modifié le Dimanche 25 Juillet 2010 - 03:34




Racisme: cette erreur qui embarrasse la Maison-Blanche
L'administration Obama perd la raison. Cette semaine, elle a limogé manu militari une fonctionnaire noire du ministère de l'Agriculture pour propos racistes. Sauf que ce n'était pas vrai. Si l'histoire est délirante, elle est surtout représentative du climat électoral actuel. Les démocrates démoralisés paniquent face aux attaques virulentes de la droite ultra.


Le "scandale" a éclaté lundi dernier. Ce jour-là, Andrew Breitbart poste sur un site Internet conservateur une vidéo de deux minutes où l'on voit Shirley Sherrod, en mars dernier, au NAACP, organisation de défense des Africains américains. La fonctionnaire en charge du bureau du développement rural en Géorgie raconte qu'il y a 24 ans, un fermier blanc, accablé par les dettes, lui a demandé de l'aide. Elle s'est contentée de l'envoyer chez un avocat blanc pensant que "quelqu'un de sa propre race s'occuperait bien de lui".


Une enfance dans le sud


La machine médiatique s'emballe aussitôt, le NAACP condamne Sherrod publiquement et le ministère de l'Agriculture la force à démissionner. Tout cela, en quelques heures, sans que personne ait vérifié l'authenticité de la vidéo ni donné une chance à Shirley Sherrod de s'expliquer.


Alors, cette dame de 62 ans contre-attaque, seule. Elle multiplie les interviews : elle est victime d'une injustice, raconte-t-elle. Son discours devant le NAACP, qui dure en fait 45 minutes, était un appel à la réconciliation raciale. Pour cela, elle s'est appuyée sur son histoire personnelle. Nous sommes dans les années 1960, et le sud, où habite Sherrod, est très raciste. Alors qu'elle n'a que 17 ans, son père, un agriculteur, est abattu par un Blanc. Il y a plusieurs témoins, mais le coupable ne sera jamais arrêté. Après la mort de Sherrod père, la ferme familiale est encerclée par un groupe de Blancs, qui seront chassés par des Noirs. Cette nuit-là, malgré sa peur, Shirley Sherrod décide de rester et d'aider les Noirs. Elle s'investit auprès d'une organisation de soutien aux paysans. C'est dans ce cadre qu'elle rencontre les Spooners, un couple d'agriculteurs blancs aux abois. Elle ne se bouge pas beaucoup pour les aider et les adresse à un avocat blanc. Quelque temps plus tard, le mari l'appelle, affolé. Sa ferme va être saisie. Le conseil n'a rien fait. Cela "m'a ouvert les yeux", dit-elle. L'appartenance raciale ne changeait rien aux problèmes, il s'agissait d'inégalités sociales. Elle se démène alors, et sauve la ferme. Et les Spooner ne l'ont pas oublié. Ils l'ont défendue sur CNN.


Barack Obama s'excuse


Quarante-huit heures après la publication de la vidéo, Shirley Sherrod est une héroïne. Tout le monde lui présente des excuses, de Bill O'Reilly, un des commentateurs vedettes de Fox News, chaîne de droite, au président Obama, qui l'a appelée personnellement pour lui exprimer ses "regrets", en passant par le ministre de l'Agriculture, Tom Vilsack.


Mais comment l'administration Obama a-t-elle pu se laisser ainsi piéger tandis que Breitbart a reconnu avoir posté la vidéo afin d'attaquer la NAACP ? Peut-être, car, très critiquée pour la lenteur de ses réactions, elle a voulu cette fois-ci prouver le contraire. Elle a sans doute aussi voulu régler vite l'affaire afin d'éviter que les médias ne soient distraits du grand événement de la semaine, le vote historique de la réforme financière. Et puis, surtout, elle a voulu contrer les conservateurs. L'Administration avait très peur que l'affaire ne soit surexposée par les médias de droite, qui l'accusent déjà de favoriser les Noirs. Selon Sherrod, un de ses chefs l'a "harcelée" pour qu'elle démissionne en lui disant : "Vous allez être ce soir chez Glenn Beck (un commentateur télé de Fox News)." La fonctionnaire affirme également que la Maison-Blanche voulait sa tête. Obama rejette la faute sur Vilsack. "Il a réagi au quart de tour, notamment parce que nous vivons dans cette culture médiatique où quelque chose est posté sur YouTube ou un blog et tout le monde se précipite derrière", explique le président américain.


La Maison-Blanche admet tout de même : "Cette affaire est une leçon à retenir." En effet, ce n'est pas la première fois que l'Administration s'incline devant les campagnes de dénigrement des conservateurs. L'an dernier, Fox News a mené une croisade contre Van Jones, un conseiller à l'environnement. Selon la chaîne, il avait signé une pétition affirmant que George Bush avait laissé faire les attentats du 11-Septembre afin d'envahir le Moyen-Orient. La Maison-Blanche a limogé Jones. Quant à Shirley Sherrod, on lui a proposé un nouveau job au ministère de l'Agriculture. On ne connaît toujours pas sa décision. En attendant, elle devait retrouver les Spooners, ce week-end.

Dimanche 25 Juillet 2010 - 03:02

Le Monde




Nouveau commentaire :
Twitter